Grenoble, grand bol d'air pur pour les cadres

Benoît Pavan

— 

L'étroite proximité de la « cuvette » grenobloise avec les massifs de haute montagne fait toujours recette auprès des cadres, selon une enquête publiée ce mois d'octobre par le cabinet de recrutement Managing et le salon Provemploi, qui a sondé 1 296 d'entre eux via internet. Ces derniers classent Grenoble à la 13e place des villes les plus attractives de France, tandis que la région Rhône-Alpes décroche la palme devant la région Sud-Ouest.

Le mythe des JO de 1968
L'enquête révèle notamment que « l'accès à la nature » (36 %) et « l'accès aux loisirs ou à la culture » (17 %) arrivent en tête des points forts cités pour caractériser la qualité de vie de Grenoble et de son agglomération. À ces chiffres s'ajoute une autre donnée tout aussi significative : en matière d'attractivité économique, c'est l'activité touristique, basée en partie sur la fréquentation été comme hiver des stations de ski, qui s'adjuge la première place des atouts les plus cités (28 %), loin devant l'activité commerçante (20 %). « Il y a peut-être une part de mythe depuis les Jeux Olympiques de 1968, mais il existe aussi une vraie réalité : la connexion entre Grenoble et la montagne est inévitable. C'est un vecteur d'image très positif, notamment auprès des cadres, commente Ronald Duval, directeur adjoint de l'office du tourisme. Touristiquement, la ville se situe au cœur d'un territoire au potentiel énorme. Quand on dit Grenoble, on pense aux stations de ski. »
La montagne et la richesse de ses activités, c'est justement ce qui a poussé Cyril, 29 ans, pilote de ligne au sein d'une grande compagnie française, à quitter Paris. Arrivé il y a un an à Grenoble, ce Niçois d'origine avoue avoir été séduit par « la possibilité d'être à une demi-heure des stations de ski et des balades en VTT », mais aussi à « trois heures porte-à-porte de l'aéroport de Roissy », d'où il décolle trois à quatre fois par mois. « Grenoble, c'est surtout un immense potentiel d'emploi pour les cadres, ajoute Guillaume, 28 ans, ingénieur dans une entreprise de gestion de l'énergie de la banlieue de Grenoble. Des entreprises de renommée mondiale dans les domaines de l'informatique et des nanotechnologies se sont implantées ici. Avec le cadre naturel des alentours, cela forme une association très attractive ».

Grenoble derrière Lyon

Si Grenoble est classée 13e de ce palmarès, juste derrière Rennes et Marseille, c'est Lyon, sa voisine, qui occupe la première place des villes les plus attractives. Autres Rhônalpines, Saint-Étienne est 31e et Villeurbanne, 34e.