Caterpillar recrute, mais reste prudent

Véronique Vigne-Lepage

— 

Caterpillar France, le fabricant grenoblois de tracteurs, pelles hydrauliques, bulldozers et autres rêves de petits garçons, se redresse lentement. Frappé violemment par la crise, le premier fabricant mondial d'engins de terrassement et de travaux publics avait dû, en 2009, se séparer de 600 personnes, volontaires ou contraintes. « Aujourd'hui, nous sommes tournés vers l'avenir, assure Thierry Vervoitte, responsable des relations sociales, d'autant que les volumes remontent actuellement ». La preuve : la société vient d'acquérir, pour son atelier de Grenoble, la dernière version d'un complexe de fabrication des maillons de grosses excavatrices, qui vient compléter les installations existantes.
Cette machine de 6 millions d'euros permet d'augmenter la capacité d'usinage, tout en augmentant la flexibilité de l'atelier, mais aussi d'améliorer les conditions de travail à ces postes et de diminuer les coûts de moitié. « Dans cette activité, nous sommes plus compétitifs que nos collègues américains ; c'est pourquoi nous usinons désormais pour le compte des autres usines du groupe, explique Thierry Vervoitte. En devenant plus rentables, nous assurons la pérennité de Caterpillar à Grenoble et Echirolles ».

Des CDD de 4 à 10 mois
Si cet investissement n'a pas induit d'embauches spécifiques, la société a néanmoins recommencé à recruter. « Mais nous restons prudents, poursuit le responsable des relations sociales. Si les volumes de 2010 sont deux fois supérieurs à ceux de 2009, ils sont encore deux fois inférieurs à ceux de 2008 et encore plus loin de ceux de 2007 et 2006 ». Depuis mai dernier, 116 personnes ont ainsi été embauchées, en CDD ou en intérim. Une majorité d'entre elles travaille à Echirolles au montage, tandis que d'autres ont été affectées au site de Grenoble, dédié aux pièces de rechange.
« Nous ne faisons encore que des contrats de 4 à 10 mois, commente Thierry Vervoitte, car le carnet de commandes se regarnit en dents de scie. Nous voulons garder une flexibilité. »

un « poids lourd » grenoblois

Implantée dans l'agglomération depuis 1961, la filiale française du groupe américain Caterpillar emploie aujourd'hui 2 000 personnes, réparties dans deux sites, l'un à Grenoble, l'autre à Echirolles. Plus de 90 % des engins qui y sont produits sont vendus à l'exportation. Quant aux maillons usinés dans ces ateliers isérois, ils sont ensuite assemblés sur les chaînes de grosses excavatrices de 50 à 95 tonnes, produites dans les autres usines du groupe.