SePT mois pour reprendre pied

Manuel Pavard

— 

La première promotion de l'Ecole de la deuxième chance de Grenoble vient de sortir. Depuis décembre 2009, cet établissement (il en existe 57 en France) accueille des jeunes de 18 à 25 ans sortis du système scolaire depuis plus d'un an, sans qualification ni diplôme. « Notre projet suit trois axes, explique Sylvie Vidal de Verneix, responsable pédagogique : une remise à niveau en français, maths, informatique et sport, un travail sur l'orientation et l'apprentissage des règles de vie collective ».

L'apprentissage de l'autonomie
Après une session d'intégration, les jeunes suivent une formation continue rémunérée alternant stages en entreprise, cours à l'E2C et entretiens individuels. Un parcours moyen de sept mois qui permet à ces jeunes « cabossés de la vie », souvent issus de quartiers prioritaires, de reconstruire un projet professionnel. « On leur apprend les savoirs de base, des savoirs professionnels mais aussi des compétences sociales : on les aide à acquérir une plus grande autonomie, par exemple à effectuer leurs démarches administratives. » Les stagiaires sortent avec une attestation de compétences acquises et sont 60 % à trouver un emploi ou une formation qualifiante. « Les retours sont très positifs, ajoute Sylvie Vidal de Verneix. Ici, ils ont vraiment l'impression d'être acteurs de leur formation. »

Le réseau E2C

L'Ecole de la deuxième chance, qui s'appuie sur un partenariat avec de nombreuses entreprises, a été lancée en 2004. Son objectif est d'accueillir 9 000 jeunes en 2010, dont 90 à Grenoble.