Grenoble: Fusillade dans le quartier de la Villeneuve, un homme grièvement blessé

FUSILLADE Le même soir, près d’un millier de personnes défilaient lors d’une marche blanche organisée pour Adrien Pérez, poignardé à mort il y a une dizaine de jours...

Alexandra Segond

— 

Une enquête a été ouverte et confiée à la police, qui privilégie la piste du règlement de compte.
Une enquête a été ouverte et confiée à la police, qui privilégie la piste du règlement de compte. — M. Pavard / Pleins Titres / 20 Minutes

Tout a commencé par des coups de feu en rafale vers la place des Géants, quartier de la Villeneuve de Grenoble, dans la soirée de mardi. Lorsque les pompiers de l’Isère arrivent sur place vers 20h45, rapporte France Bleu Isère, ils découvrent un homme d’une trentaine d’années, blessé par balles au niveau des jambes et frappé plusieurs fois à la tête. Les impacts de balle proviendraient d’une arme de guerre.

Une ville « gangrenée par le trafic de drogue »

La police nationale, sollicitée par les pompiers pour sécuriser leur intervention après la fusillade, connaissait défavorablement le blessé. Ce dernier a été transporté sous escorte au CHU de Grenoble. Son pronostic vital n’est cependant pas engagé. A noter qu'un second blessé avait été signalé aux pompiers, qui n’ont trouvé pourtant aucune trace de lui sur place.

Une enquête a été ouverte et confiée à une équipe de police judiciaire spécialisée dans la criminalité organisée. La piste du règlement de comptes est largement envisagée, les agresseurs ayant été aperçus par des témoins prenant la fuite à bord d’un véhicule noir.

Il y a un an, lors d’une conférence de presse, le procureur de la République à Grenoble, Jean-Yves Coquillat, déplorait déjà l’augmentation de la délinquance dans Grenoble. « Je n’ai jamais vu une ville de cette taille aussi pourrie et gangrenée par le trafic de drogue », confiait-il notamment.

>> A lire aussi : Un millier de personnes défilent à Grenoble en hommage à Adrien, tué d'un coup de couteau

>> A lire aussi : Les maires de l'agglomération de Grenoble exaspérés par les violences