Une patinoire dans le stade

Manuel Pavard

— 

L'installation de la patinoire a nécessité un travail d'une bonne semaine.
L'installation de la patinoire a nécessité un travail d'une bonne semaine. — Brûleurs de Loups

C'est sans conteste l'évènement sportif de la fin 2013 à Grenoble. Ce dimanche, à 17 h, le Stade des Alpes délaissera en effet football et rugby pour accueillir le premier match de hockey sur glace en plein air dans l'Hexagone. «Un défi lancé il y a plus d'un an au sein des Brûleurs de Loups », explique Charline Durand, chargée de l'organisation du Winter Game pour le club. «On voulait jeter un coup de projecteur sur un hockey français en mal de reconnaissance. L'idée, c'est que cela se reproduise ailleurs. »

Prouesse technique


Construire une patinoire au milieu du stade relève, selon elle, de la «prouesse technique. Les équipes ont travaillé 7/7 et 24/24 pendant toute la semaine. Il a fallu des semi-remorques qui amènent des groupes froids pour maintenir la glace à température, poser un parquet pour protéger la pelouse, mettre de la glace par-dessus et des balustrades autour.» Plus de 15 000 spectateurs assisteront au derby entre Grenoble et Briançon – il reste 400 places pour atteindre la jauge de 19 767 –, un record pour un match de hockey en France ! Mais au-delà du strass et des paillettes, «l'enjeu sportif sera réel» pour des BDL dans le dur depuis deux mois. « On souhaitait un match intégré à la Ligue Magnus et non une exhibition.»

■ Made in Canada

Le 1er match de hockey dans un stade a eu lieu en 2003 au Canada et s'est depuis développé aux Etats-Unis. En Europe, il y a eu huit Winter Games, dont le dernier à Nuremberg, observé par les BDL.