Un concept écolo qui crépite

Souhir Bousbih

— 

Les inserts sont fabriqués sur mesure et s'adaptent à toutes les cheminées.
Les inserts sont fabriqués sur mesure et s'adaptent à toutes les cheminées. — FINOPTIM

Les cheminées à foyer ouvert sont responsables de plus de 50 % des émissions de particules fines dans l'air. Un constat alarmant, notamment dans l'agglomération grenobloise, où on en recense pas moins de 12 000. Deux jeunes Grenoblois, David Lepiney et Baptiste Ploquin, ont peut-être trouvé la solution au problème. Ils viennent de mettre au point un système de double combustion qui permet de réduire notablement les émissions de CO2 et de particules fines : «On a repensé l'âtre et la sole de la cheminée pour pouvoir récupérer les fumées issues de la combustion incomplète du bois et les rebrûler. On s'est rendus compte qu'en récupérant ces gazs non brûlés, on pouvait réduire la pollution de 80 %», explique Baptiste Ploquin.

Une technologie brevetée


Depuis le mois d'octobre, leur start-up, Finoptim, commercialise ces inserts innovants : «On vient à peine de démarrer, mais notre entreprise marche déjà pas mal. On s'est implanté dans toute la région et le Sud Ouest. On espère toucher toute la France», précise David Lepiney. Toute cette technologie a un prix : 2500€. «On est dans le haut de gamme. Notre installation ne nécessite ni travaux, ni branchements. In fine, c'est rentable sur le long terme», poursuit Baptiste Ploquin.

■ Peut mieux faire...

Pour le chauffage. L'insert Finoptim offre un rendement chaleur de 40 à 45 %. «C'est peu», selon Air Rhônes-Alpes , pour qui «ce système ne remplace pas un chauffage principal » et « reste de l'agrément».