Les équipes réserves, des adversaires à part

Manuel Pavard

— 

Le GF a déjà affronté l'OGC Nice B.
Le GF a déjà affronté l'OGC Nice B. — Alain Thiriet

«Contre une réserve professionnelle, on n'a pas du tout la même approche.» Olivier Saragaglia le sait, la particularité du choc entre Grenoble et le leader monégasque ne réside pas seulement dans leurs classements respectifs. Monaco est en effet l'une des deux équipes réserves du groupe avec celle de l'OGC Nice – que le GF38 a battue le 7 septembre dernier (2-0).

« Matchs plus ouverts »


«Face aux autres équipes, on sait qu'on aura affaire à un bloc compact, solide, avec des joueurs expérimentés et un peu truqueurs», explique le coach isérois. En revanche, «contre une réserve, on a des jeunes en fin de formation qui sont là pour apprendre et qui cherchent à jouer quel que soit l'adversaire. Les matchs sont souvent plus ouverts et plus offensifs.» Autre facteur : la présence de joueurs de Ligue 1 mis à disposition de la CFA. Monaco doit ainsi sa 1re place à ses performances à Louis II, où l'équipe peut compter sur davantage de renforts, comme Germain, Martial ou Isimat-Mirin. «Ils sont plus en difficulté à l'extérieur», souligne Olivier Saragaglia, qui tempère néanmoins ce constat : «Parfois, il vaut mieux avoir 11 pros en face que 11 jeunes. Même s'ils peuvent faire la différence sur un geste, les pros qui redescendent en CFA ont souvent pour objectif de ne pas se blesser ou ne pas prendre de carton. Les jeunes, eux, ont tout à prouver et ne calculent pas.» L'entraîneur du GF se veut donc méfiant : «Monaco a l'un des meilleurs centres de formation de France, avec beaucoup de jeunes internationaux. Il y aura de la qualité !»

■ Yahia-Bey incertain

Le GF recevra Monaco sans Biagui Kamissoko ni Ruben Aguilar, out jusqu'à la trêve. Aissa Yahia-Bey a quant à lui recommencé à courir et pourrait être dans le groupe. Une décision sera prise d'ici vendredi.