Les collectifs ne font pas de quartier

Souhir Bousbih

— 

Une semaine après avoir enterré symboliquement la Charte de la démocratie locale devant l'hôtel de ville, l'association Vivre à Grenoble, dont fait partie le collectif Vivre à Berriat, redonne de la voix. Cette fois-ci, ce n'est pas pour déplorer une décision mais pour s'en réjouir. En effet, le tribunal administratif de Grenoble vient d'annuler deux permis de construire sur l'îlot d'Alembert et au 27/29 rue Raspail, là même où le Greta Sud Isère était installé. Jeudi prochain, c'est sur les requêtes déposées autour du projet de la ZAC Esplanade que le tribunal statuera. La bataille des collectifs débute à peine.

«Toujours les mêmes»


Opposés à plusieurs projets de construction menés par la ville, les collectifs de quartier ont fait le choix, il y a deux ans, de se rassembler dans l'association Vivre à Grenoble . Pour mettre en commun leurs forces, affirment-ils. Contre qui ? La municipalité, en premier lieu : «On veut que la démocratie en matière d'urbanisme soit respectée, qu'il y ait des discussions en amont des décisions. On signe des permis sans chercher à créer autre chose, on accentue la densification de la ville. Sur l'îlot d'Alembert, qui représente 3 000m², il aurait mieux valu créer un espace d'activités professionnelles plutôt que des logements » s'insurge Jacques Soudre, membre de Vivre à Berriat. Des critiques auxquelles répond Philippe de Longevialle : «On oublie que certains locaux ne nous appartiennent pas, comme Greta, qui est un organisme privé, et qui a le droit de choisir ce qu'il veut faire. » D'après lui, les motivations de certains membres sont à éclaircir : «Il y en a qui ne veulent pas voir de logements sociaux près de chez eux. D'autres sont affiliiés, on le sait, aux écologistes. »

■ Le Plan local d'urbanisme en révision

Le plan local d'urbanisme (PLU), largement critiqué par les collectifs, est en pleine révision. Le 18 novembre dernier, le plan d'aménagement et du développement durable, première étape du nouveau PLU, a été débattu et validé. L'étude du prochain PLU devrait s'étaler sur plusieurs années, jusqu'en 2015 ou 2016. En attendant, le plan de construction de l'îlot d'Alembert va revoir sa copie, en vue d'une validation par le tribunal.