Olivia Ruiz, une gitane magique

Souhir Bousbih

— 

On n'avait plus vu ça à Grenoble depuis 2004. Le chef d'orchestre Marc Minkowski, le chorégraphe Jean-Claude Gallotta et le metteur en scène Jacques Osinski, tous trois résidents à la MC2, ont uni leurs compétences pour monter le spectacle événement de cette fin de saison : «Histoire du soldat/El Amor Brujo». A quelques heures de la première, ce mercredi soir, Marc Minkowski ne cache pas sa joie : «Cela fait plusieurs années qu'on souhaitait travailler ensemble. Il fallait juste trouver le projet qui nous corresponde à tous. Je suis très fier du résultat.»

Une Candela envoûtante


L'originalité du projet réside dans le pari de faire cohabiter, le temps de deux courtes pièces, chant, danse et théâtre sur le même espace. Jacques Osinsji donne plus d'éléments sur le spectacle : «Il s'agit de deux fables, avec comme points communs l'amour et la sorcellerie. La première est écrite par Igor Stravinsky. C'est l'histoire d'un soldat qui vend son âme au diable et qui perd par la suite la femme qu'il aime. Il rencontrera à nouveau l'amour mais sera à nouveau supplanté par le diable.» La deuxième pièce, El Amor Brujo, est écrite par Manuel de Falla. Comme la précédente, elle est à la croisée des genres. Mais, ici, les rôles s'inversent. Olivia Ruiz, qui interprète Candela, une gitane amoureuse, va se jouer de lui en utilisant la sorcellerie pour reconquérir son amant. Sa performance devrait marquer les esprits : «C'est une sorte de Carmen des temps modernes» déclare Jacques Osinski. Marc Minkowski confirme : «Elle a fait un travail énorme. Elle chante juste et dans le ton, ce qui est remarquable. C'est aussi une très bonne danseuse. Je crois qu'on est tous les trois amoureux d'elle !».

■ Un spectacle musical 100 % grenoblois

Le spectacle est un pur produit grenoblois. Les Musiciens du Louvre, le centre dramatique national des Alpes et le centre chorégraphique national de Grenoble ont travaillé main dans la main durant des semaines. Un travail pas forcément évident pour ces danseurs, comédiens et musiciens, peu rompus à cet exercice «cross over», mais le résultat est à la hauteur des attentes. Il se joue jusqu'au 19 octobre à la MC2. Plus d'infos sur le site internet de la MC2 ;