Une rixe entre deux familles

Manuel Pavard

— 

La rixe a eu lieu devant l'immeuble où vit la famille Pouille.
La rixe a eu lieu devant l'immeuble où vit la famille Pouille. — M. Pavard/Pleins Titres/20 Minutes

L'altercation s'est produite vers 20 h ce mercredi, au pied d'un immeuble de la rue Igor-Stravinsky, à Voreppe. Le différend oppose deux parties : la famille Pouille, dont le fils aîné, Georges, a été mis en examen cet été pour les meurtres des petites Sarah Siad et Saïda Berch, en 1991 et 1996, et les familles des deux fillettes. «Ils habitent tous dans un rayon de 1 km et ce n'est pas la première fois qu'il y a des insultes ou menaces», précise le commandant Guy Mivière, de la compagnie de Meylan.

Poignardé dans le dos


«Une fille Siad a rencontré Mme Pouille dans la rue puis a été rejointe par ses sœurs, explique le gendarme. Une bousculade et des coups ont suivi. La victime, un ami de la famille Siad passant par hasard, a essayé de s'interposer, tandis que les deux frères de Georges Pouille, alertés par les cris de leur mère, sont descendus de leur appartement. Quand l'autre groupe allait partir, l'un d'eux a donné un coup de matraque et l'autre porté un coup de couteau dans le dos de la victime.» L'homme de 32 ans a été conduit dans un état grave au CHU mais ses jours ne sont plus en danger. «Les familles Siad et Berch ont appelé des amis et on s'est retrouvé avec une trentaine de personnes hostiles, dont certains ont saccagé l'appartement de la famille Pouille, poursuit le commandant Mivière. Il a fallu plus de 50 gendarmes pour apaiser les tensions et interpeller puis placer en garde à vue les frères et la mère – celle-ci en est sortie jeudi après-midi.» «Ma fille était à l'école avec Saïda, raconte une voisine. Ça été un choc quand on a su qu'on vivait depuis 15 ans près du meurtrier, qu'on connaissait de vue. La famille aurait dû déménager. Ce sont des» pauvres gens «, ça va être terrible pour eux.»

■ Arrêté 22 ans et 17 ans après les meurtres

Georges Pouille, 37 ans, a été mis en examen le 25 juillet dernier pour la tentative de viol et l'assassinat de Sarah Siad, 6 ans, en 1991, et le meurtre de Saïda Berch, 10 ans, en 1996 – toutes deux retrouvées étranglées à Voreppe. C'est l'ADN de cet homme qui l'a ratrappé 22 et 17 ans après les crimes. Il sera jugé lors de deux procès distincts : par le tribunal pour enfants pour le premier meurtre (il était mineur) et la cour d'assises pour le second.