La carte scolaire perd le nord

Manuel Pavard

— 

Le collège Aimé-Césaire, situé au sud, pourrait accueillir de nouveaux élèves.
Le collège Aimé-Césaire, situé au sud, pourrait accueillir de nouveaux élèves. — S. Bousbih / Pleins Titres / 20 Minutes

Les 54 257 collégiens isérois ont repris le chemin des cours la semaine dernière. Si cette rentrée s'est, selon la plupart des acteurs, plutôt bien passée, des nuages s'amoncellent pourtant à l'horizon. En cause : le sureffectif des collèges des secteurs centre et nord de Grenoble (Fantin-Latour, Champollion et Stendhal), qui affichent tous complet. Laurent Ripoll, du collectif Collège de proximité, prévoit ainsi «de gros soucis dès 2014. A court terme, il manquera des places dans ces collèges, près de 600 en 2020. Ma fille, qui est à l'école Anthoard, devrait ensuite aller à Fantin-Latour d'ici à deux ans, mais ce n'est plus certain.»

Davantage de places au sud


Le conseil général tient néanmoins à nuancer ce constat : si certains établissements sont effectivement pleins, d'autres, dans la partie sud (Aimé-Césaire, Village Olympique), peuvent encore accueillir de nombreux élèves. « L'agglomération est en surcapacité, avec environ 6 000 places disponibles, soit l'équivalent de 10 collèges vides», souligne André Colomb-Bouvard, vice-président du conseil général chargé des collèges. Il préconise donc de « rééquilibrer les effectifs en ajustant la carte scolaire», ce qui a permis à Fantin-Latour de passer de 650 à 630 élèves pour cette rentrée. Une solution peu au goût des parents d'élèves. «On a fait le choix de vivre en ville, si nos enfants doivent avoir ces contraintes, autant aller vivre à la campagne, déplore Laurent Ripoll. En plus, cela poserait des problèmes de transport.» Sa proposition : «Délocaliser la Cité internationale (600 places) au sud de la ville, puis bâtir un nouvel établissement au nord». «En zone rurale, certains font 30 km et non 3 pour se rendre au collège, rétorque André Vallini. Donc avant d'en construire un nouveau…»

■ Le «Pack rentrée» fait un tabac

Les services du conseil général ont reçu près de 2 000 appels par jour, depuis le début de l'été, au sujet du «Pack rentrée». Celui-ci permet, sur le site du département, de demander à bénéficier du chéquier jeune Isère, ainsi que des aides à la restauration et au transport scolaires. Depuis le 21 mai, 25 000 chéquiers jeunes, 9317 aides à la demi-pension, 26 000 réductions pour les transports scolaires et 6272 cartes OùRA ont été commandés.