Les écologistes appellent à l'union pour ravir la mairie

Manuel Pavard

— 

Olivier Bertrand, conseiller général.
Olivier Bertrand, conseiller général. — P. Turenne/Pleins Titres

La lettre a été envoyée à tous les Grenoblois, en fin de semaine dernière. Signée par les six élus du groupe « Ecologie et Solidarité » et par plusieurs personnalités, membres d'EELV (Raymond Avrillier, Eric Piolle) ou militants associatifs (Jo Briant), elle vise à «créer un rassemblement à vocation majoritaire», selon Xavier Robichon, secrétaire d'EELV à Grenoble. «L'objectif, c'est de former la liste la plus large possible, ouverte sur des personnalités venues d'autres horizons», ajoute le conseiller général et municipal Olivier Bertrand.

« Eviter la dispersion »


Dans l'un de leurs bastions électoraux – 29, 04 % aux européennes de 2009 et 26, 5 % aux régionales de 2010 – les écologistes n'ont «qu'un but : gagner la mairie, affirme Olivier Bertrand. S'il y a bien une ville où c'est possible, c'est Grenoble. La droite devrait faire de la figuration et ça se jouera entre la liste socialiste et la liste de rassemblement. » Pour battre une «équipe sortante à bout de souffle», Xavier Robichon lance donc «un appel à toutes les forces progressistes». Une unité dont les bases ont été posées lors de la conférence de presse sur la sécurité, qui a réuni membres de l'opposition et de la majorité (PCF, MRC). Des discussions sont aussi en cours avec le Réseau citoyen, qui chasse sur les mêmes terres. «Pour être en tête au soir du 1er tour, il faut éviter la dispersion des voix», souligne Xavier Robichon. Jean-Marc Cantele (ADES) est optimiste : « On en est aux balbutiements mais on peut imaginer, à terme, se retrouver sur un certain nombre de choses.»

■ Quelle tête de liste ?

S'il est encore prématuré de faire un pronostic, certains noms ressortent du chapeau : Eric Piolle, Olivier Bertrand ou Hakim Sabri. D'autres évoquent une personnalité extérieure à EELV.