Avrillier lutte contre l'opacité

— 

«Ce n'est qu'au bout de quatre ans d'actions que j'obtiens du ministre du Budget des documents sur les reversements à la caisse publique de sommes illégalement détournées par des responsables publics, pourtant communicables à tous dans un délai normal d'un mois, a affirmé Raymond Avrillier à la presse mardi. Cela révèle l'opacité des comptes publics.» L'ancien conseiller municipal écologiste avait déposé un recours au tribunal administratif de Paris en 2010 pour accéder aux actes de reversement du conseiller général de l'Isère Christian Nucci, épinglé par la Cour des comptes en 1999 pour détournement de fonds publics. L'affaire du Carrefour du développement dans les années 1980, alors qu'il était ministre de la Coopération, lui avait valu d'être condamné à verser à l'Etat plus de 3 millions d'euros. Raymond Avrillier a ainsi appris le 10 juin 2013 que Christian Nucci doit encore 2 969 095 € à l'Etat. «Compte tenu du montant de ses versements mensuels et des intérêts, estime-t-il, il faudrait 162 ans pour terminer ce recouvrement.» L.H