Une locomotive en feu

Laura Howlett

— 

La motrice (ici détachée du TER après l'incendie) a été très endommagée.
La motrice (ici détachée du TER après l'incendie) a été très endommagée. — M. Aissou / France 3 Rhône-Alpes

Nuit interminable pour les passagers d'un TER de la ligne Lyon-Grenoble qui a pris feu mercredi soir à 19 h 30, arrêté d'urgence à la gare de Saint-Quentin Fallavier. «Le feu provenait d'un transformateur d'une motrice de train, expliquent les pompiers. Nous avons réussi à éteindre l'incendie avec plusieurs lances à 22 h et pris en charge les passagers avec la SNCF.» Les 170 voyageurs du train ont ensuite attendu deux heures que des bus les acheminent à Grenoble ou la Tour du Pin.

1 500 usagers retardés


Ce ne sont pas les seuls usagers à avoir dû patienter. Selon la gendarmerie, sept trains se trouvaient sur la ligne et ont dû rebrousser chemin tandis qu'une dizaine d'autres ont été annulés, le temps des réparations. Au total, ils étaient 1 500 dans la région, entre les gares de Lyon-Part-Dieu, Grenoble et Saint-Exupéry, à attendre une solution. Parmi eux, Bernard Misseri : «J'étais dans le train suivant le TER accidenté. On a pu revenir à la Part-Dieu, mais l'organisation était désastreuse et beaucoup de gens attendaient.» A Grenoble, les 120 passagers d'un TGV qui partait pour Paris ont été obligés de retourner en gare dormir dans la rame, faute d'hôtel disponible sur place. Ils n'ont pu repartir qu'à 5 h du matin.

■ Trains annulés jeudi■ J■ eudi, six trains étaient annulés, avant le retour à l'ordre vers 12■ h ■ 30, selon la SNCF. «■ ■ Des travaux étaient nécessaires sur la voie car l'incendie a fait fondre des caténaires■ ■», expliquent les gendarmes.