Les Centaures relégués

Manuel Pavard

— 

Après une bonne entame, les Isérois ont laissé filer Nîmes vers la montée.
Après une bonne entame, les Isérois ont laissé filer Nîmes vers la montée. — Fabien Baldino

Dépassés en championnat, les Centaures pouvaient sauver leur saison sur une rencontre, ce dimanche, à Espagnac. Pari manqué. Battus en barrage par les Centurions de Nîmes (14-27), les Grenoblois sont relégués en D2. «C'était assez équilibré, mais Nîmes a été plus réaliste, avec un quarterback et un receveur qui ont sorti un super match, reconnaît le directeur sportif Franck Torelli. On a mené 7-0, mais on a commis deux-trois pertes de balles cruciales qui ont fait la différence.»

Repartir sur la formation


Après trois saisons de présence dans l'élite, la descente est un vrai coup dur dans la progression du club. «C'est une régression, mais ça reflète le niveau de l'équipe», constate Franck Torelli. Confrontés à plusieurs départs importants à l'intersaison, les Centaures n'ont en effet jamais trouvé la bonne formule. «Tout s'est joué sur des détails, des petites erreurs de concentration. En football, on ne peut pas se le permettre.» Le club se retrouve désormais face à un vaste chantier de reconstruction. «Vu notre saison, ce serait présomptueux de dire qu'on joue la montée, d'autant qu'on ne connaît pas l'effectif, estime le directeur sportif. On va repartir sur les bases et la formation des jeunes.»

■ Deux saisons fastes

Montés dans l'élite en 2010, les Centaures avaient ensuite connu deux saisons fastes, devenant vice-champions de France en 2011, avant d'atteindre les demi-finales de la Coupe d'Europe l'an passé.