Allez, on oubliela voiture !

Laura Howlett

— 

Plus de 50 salariés de la SDH participent ce matin au challenge mobilité.
Plus de 50 salariés de la SDH participent ce matin au challenge mobilité. — SDH/Archives

Pour la 3e année consécutive, le Challenge mobilité Rhône-Alpes met au défi les salariés des entreprises, administrations et associations de la région de venir au travail autrement qu'en voiture. L'événement vise à réduire l'impact environnemental et le risque routier des déplacements domicile-travail, majoritairement effectués en voiture individuelle. 120 établissements sont inscrits dans l'agglomération. Ceux qui mobiliseront le plus de salariés seront récompensés par des sorties offertes, en transports alternatifs bien sûr ! Habituée de l'événement, la Société dauphinoise pour l'habitat (SDH), située à Echirolles, vise le haut du classement.

Inciter les collègues


«Cette initiative est importante pour notre entreprise qui s'inscrit dans une démarche de responsabilité sociale, affirme le directeur de clientèle Philippe Facchiola. Le nombre de nos salariés inscrits augmente chaque année. On en a plus de cinquante ce jeudi : une quinzaine de personnes viennent en covoiturage, vingt-cinq en transports en commun, deux à pied et douze à vélo. L'arrivée de cette ribambelle de deux-roues au bureau est assez spectaculaire. On saisit l'occasion pour créer un temps fort en partageant un couscous à midi, avec un tirage au sort pour gagner un vélo.» Certains habitués des transports alternatifs profitent de cette journée pour inciter leurs collègues à faire pareil. «J'avais déjà participé les années précédentes, explique Ismet Mustafovski, gardien. Maintenant, je viens en bus : c'est moins cher et cela préserve l'environnement.» Pour Lætitia Desalme, assistante foncier, «c'est très bien de donner envie aux collègues. Moi, je suis une pro du vélo, je circule toujours comme ça. Alors pourquoi pas d'autres ?»

■ La région veut moins d'« autosolistes »

Sur les 50 millions de km parcourus chaque jour par les 2,3 millions d'actifs rhônalpins pour aller au travail, 75 % sont effectués en voiture individuelle, contre 25 % en transports alternatifs. L'Association pour le développement des transports en commun (ADTC), partenaire local de l'événement, compte bien inverser la tendance. en donnant l'occasion, pour une journée au moins, à ces autosolistes de tester d'autres modes de déplacement.