Les homosexuels à la noce

Laura Howlett

— 

La ville de Grenoble avait déjà célébré de faux mariages pour tous en janvier.
La ville de Grenoble avait déjà célébré de faux mariages pour tous en janvier. — M. Pavard / Pleins Titres / 20 minutes

Le 15 juin, le premier mariage entre personnes du même sexe en Isère sera célébré à Sassenage par le maire Christian Coigné (Nouveau Centre). La loi tout juste promulguée, les préparatifs sont lancés. «Je reçois les deux futures mariées vendredi pour faire le point sur ce que veut le couple, comme pour chaque mariage, confie l'édile. C'est un contexte particulier, mais un moment important, il faut donner convivialité et émotion.»

Pas d'inquiétude à la mairie


Opposé au projet de loi, le maire confie «avoir évolué, parce que la loi me dit de le faire, mais aussi en termes de mentalité. Je distingue ma fonction de maire de mes convictions personnelles, qui par mon éducation, me font considérer la famille différemment. Je dois intégrer la position des Sassenageois, je respecte la culture de chacun.» Un autre mariage, entre deux hommes, est déjà programmé le 29 juin. A Grenoble, la mairie a publié aujourd'hui le décret d'application de la loi. S'il n'y a pas de réservations pour l'instant, Pascal Garcia, conseiller municipal qui avait célébré le premier pacs en mairie, se réjouit déjà du changement qui est en marche. «Si on me demande de célébrer ces mariages, j'en serais honoré. Je me sens proche de ces couples. C'est un progrès important pour l'égalité des citoyens.» Malgré les violences lors des manifestations des opposants au projet, aucune municipalité n'a d'inquiétudes au sujet d'éventuels débordements, «surtout que la police municipale est toujours présente à l'hôtel de ville pour veiller au bon déroulement des mariages», assure Pascal Garcia. Pour Benjamin Rossini, du groupe Homosexualité et Socialisme de Grenoble, «ces couples ne souhaitent pas la différence mais l'indifférence».

■ Le maire de Vienne refuse toujours

Jacques Remiller, maire UMP de Vienne, a affirmé haut et fort refuser de célébrer les mariages homosexuels en raison de ses convictions. Il a adressé un courrier à François Hollande pour lui rappeler ses propos «sur la liberté de conscience des élus». Bien qu'il ait déclaré qu'aucun de ses adjoints n'était prêt à le faire, Lydie Bayoud, 5e adjointe, a affirmé sur son blog qu'elle marierait les homosexuels au même titre que les autres.