«Sotchi, c'est un objectif énorme»

Propos recueillis par Manuel Pavard

— 

A 36 ans, Ophélie David a tout gagné sauf un titre olympique.
A 36 ans, Ophélie David a tout gagné sauf un titre olympique. — Laurent Salino

Ophélie David n'ajoutera pas une nouvelle ligne à son palmarès hors norme (un titre de championne du monde, sept globes de cristal, quatre X Games). La dernière épreuve de la saison, prévue dimanche à Sierra Nevada, a en effet été annulée en raison de la météo, privant la skieuse de l'Alpe d'Huez de toute chance de dépasser Fanny Smith. Mais, à 36 ans, la reine du skicross a encore faim.

Vous n'êtes pas trop déçue de cette annulation ?

Si, un peu, car le tracé était très joli et super fluide et c'est bizarre de finir une saison ainsi, en queue de poisson. Mais l'annulation ne m'a pas surprise : il y avait beaucoup trop de brouillard et de neige. Et puis, honnêtement, je pense que ce n'était pas jouable de rattraper 89 points sur Fanny Smith.

Quel bilan tirez-vous de cette saison ?

Pour la Coupe du monde, je suis contente d'avoir pu me bagarrer jusqu'au bout pour la victoire : 2

e

, c'est un très bon résultat, compte tenu de la densité du niveau chez les filles aujourd'hui. Quant aux Mondiaux, sur le coup, c'était une petite déception car au départ, seul le titre compte. Mais monter sur le podium [elle s'est classée 3

e

] reste une belle satisfaction, d'autant que je n'aimais pas trop ce parcours un peu étriqué.

Comment jugez-vous l'éclosion de Fanny Smith, 20 ans, qui a tout raflé ?

Elle a apporté un vent de fraîcheur sur le skicross. Elle avait la légèreté et l'impétuosité de la fille qui n'a rien à perdre et ne se met pas de pression.

Le dernier objectif de votre carrière, ce sera Sotchi ?

Quoiqu'il arrive ce sera ma dernière saison et je vais tout faire pour décrocher la médaille d'or. C'est un objectif énorme, un peu effrayant, mais ce serait magnifique de finir là-dessus. J'ai ma cellule personnelle : ce sont souvent des échecs mais avec Romuald Licinio, on arrive à garder le cap. On continuera sur la même lancée, je ne vais pas m'affoler car c'est les JO. Les Jeux, c'est un gros rendez-vous avec beaucoup de pression, un environnement spécial, plein de gens qui gravitent autour de vous. Tout le monde est prêt et la victoire se joue sur la capacité à maîtriser ces éléments.