Un collectif se bat pour une cité propre

Manuel Pavard

— 

Pour une cité propre et contre la disparition des commerces de proximité : par sa nature et son lieu. L'opération menée ce mardi matin à Mistral par le CoHaMis (Collectif des habitants de Mistral) se voulait doublement symbolique. C'est en effet devant l'ancien Lidl, fermé depuis l'été dernier, qu'une vingtaine d'habitants ont formé une pyramide avec des encombrants collectés dans tout le quartier. «On souhaite sensibiliser les gens au ramassage des encombrants, afin qu'ils les emmènent eux-mêmes à la déchèterie», explique Raymond Sanchez, membre du collectif. Une action qui n'a pas manqué d'interpeller les passants. « Vers chez moi, les garages à vélo sont devenus des débarras », se plaint ainsi Joël Martin, résident de Mistral.

Couches dans les arbres


«Il y a trop d'encombrants qui traînent dans le quartier, déplore Raymond Sanchez. Les gens jettent n'importe quoi dans la rue, les caves ou les allées. Certains balancent même par la fenêtre des couches qui se retrouvent accrochées aux branches des arbres.» Il aimerait retrouver un jour le quartier propre et vivant qu'il a connu autrefois : «Quand je suis arrivé ici, en 1968, il y avait une supérette, une boucherie, une boulangerie, une mercerie, un tabac…» Pour Joël Martin, «le Lidl jouait un rôle social. C'était comme un petit village où on se rencontrait tous. Aujourd'hui, on doit aller jusqu'au Lidl du Rondeau pour faire les courses. Le Carrefour est trop cher.»

■ D'autres actions à venir

Créé en réaction à la fermeture des commerces de proximité, le CoHaMis envisage d'autres actions dans les mois à venir, comme la mise en place de navettes permettant aux personnes âgées de faire leurs courses. Le collectif espère voir arriver un repreneur pour la supérette avant l'été. Des tractations sont en cours.