La facture devrait baisser pour 70 % des Pontois

Florence Roux

— 

C'est une innovation : la ville de Pont-de-Claix est en train de mettre en place une tarification progressive de l'eau pour les quelque 5 000 abonnés de sa régie municipale.

La ville joue sur les deux parts de la facture d'eau.

Facture solidaire


La «part fixe» augmente de 6 € pour tous les abonnés. Pour la part variable, elle institue cinq «tranches» pour faire payer chacun selon sa consommation : de ceux qui consomment jusqu'à 100 m3 par an et dont la facture va baisser de 25 %, jusqu'à ceux qui consomment plus de 10 000 m3 par an, les gros industriels de la commune, et dont la note devrait au contraire grimper de 300 %.

«Ce système solidaire vise à protéger les plus modestes, assure Jean-Luc Dufaur, directeur du pôle des moyens généraux de la mairie. La facture devrait baisser pour 70 % des Pontois. Nous avons déjà le prix de l'eau le plus bas de l'agglomération. Mais nous comptons aussi des populations très défavorisées et une structure de consommation»atypique «avec un tiers du territoire occupé par une plateforme chimique.» En effet, 42 % de la consommation d'eau est le fait de grosses entreprises telles que Becton Dickinson, Covidien Health Care ou Vencorex.

Selon le directeur, la mesure devrait aussi permettre de faire face à l'augmentation du coût de l'eau de la Sierg, de l'ordre 5 % par an, et dégager 5 000 à 600 000 € supplémentaires pour l'entretien du réseau. «Essentiel pour réduire les pertes d'eau de 15 à 10 %.» ■

■ Régie municipale

A Pont-de-Claix, la gestion de l'eau est en régie directe : la collectivité engage ses propres moyens et ses personnels pour assurer le stockage, la distribution ou l'entretien du réseau. Mais aussi la facturation. Elle peut donc agir sur les prix.