Les lycéens maintiennent la pression

Manuel Pavard

— 

Les poubelles bloquant l'accès au lycée Stendhal depuis vendredi étaient toujours en place ce mardi, même si les cours ont pu se tenir normalement. « Aujourd'hui, c'était plutôt une journée de réunions », souligne Auguste, élève en terminale ES. Une délégation du personnel a en effet été reçue dans la matinée au rectorat, où ont été abordés les deux gros points de discorde. « Le maintien des enseignements artistiques (danse et théâtre) a été confirmé », assure le directeur de cabinet du recteur, François Charlon. En revanche, le lycée Stendhal ne comptera bien que « cinq classes de seconde à la rentrée » (contre six actuellement).

Manifestation ce jeudi
Des déclarations loin d'avoir satisfait les lycéens. « On nous a encore pris pour des cons, s'emporte Auguste. On avait sept classes de seconde il y a deux ans et là, on passerait à cinq. J'ai peur que cela mène à terme à la disparition du lycée. » Concernant le maintien des options, « nous voulons des garanties écrites, affirme Salomé, élève de seconde. Même si c'est bon pour la rentrée, rien ne dit que ça le sera pour les prochaines années. On attend un engagement sur la sixième classe et les options. » « L'étude sur la sectorisation vise à s'adapter à l'évolution démographique », explique François Charlon. « Nous avons établi un cahier des charges pour équilibrer les effectifs et répartir les enseignements, afin d'assurer un flux suffisant dans chaque lycée. » Déterminés, les élèves manifesteront ce jeudi, à 10 h

Répartition des options artistiques

Les enseignements de spécialité artistiques (théâtre, danse, arts plastiques), en série L, sont actuellement répartis sur les lycées Champollion et Stendhal. Le rectorat avait envisagé de déplacer deux options vers des lycées de périphérie, comme Marie-Curie à Echirolles, afin qu'elles « ne soient pas toutes en centre-ville ».