Les stations ont bon moral

Chantal Féminier

— 

Les stations de ski résistent bien à la crise, selon Isère tourisme.
Les stations de ski résistent bien à la crise, selon Isère tourisme. — Les 2-Alpes

Pour la première fois, une étude* démontre l'impact des domaines skiables sur l'économie locale : selon elle, 6,5 milliards d'euros ont été dépensés dans les stations de Rhône-Alpes, la saison 2011-2012, dont 11 % dans les stations iséroises. Et chaque euro passé en remontées mécaniques a entraîne 6 € de dépenses additionnelles. « C'est tout à fait conforme à ce que nous connaissons, commente Annick Girard, directrice du marketing de Deux-Alpes Loisirs. De même que les chiffres sur le comportement de la clientèle internationale (50 % de notre fréquentation) : quand un Français dépense 108 € par nuitée, un Britannique, par exemple, en rapporte 136,50 €. »
Pour Christian Pichaud, président d'Isère tourisme, « ces statistiques confirment que ce secteur résiste à la crise dans nos territoires. La saison dernière a été bonne et celle à venir se présente bien aussi : nos hébergeurs ont le moral. » C'est le cas de Nicolas Dégomma, au Collet d'Allevard : « Nous avons déjà des réservations à hauteur de 30 % du chiffre d'affaires de la saison dernière. Mais nos prix sont attractifs : certains touristes se rabattent sur des stations plus modestes comme la nôtre. » Si les Deux-Alpes, qui le sont moins, notent une hésitation de la clientèle précoce espagnole et italienne, « le marché anglais, hollandais ou des pays de l'Est s'annonce, lui, conforme à l'an dernier. »