Vis ma vie de motard sur le bitume isérois

Manuel Pavard

— 

Le convoi en file indienne n'est pas passé inaperçu. Juchés à l'arrière de motos conduites par les gendarmes de l'Escadron départemental de sécurité routière (EDSR), élus, gestionnaires des routes et journalistes [dont 20 Minutes] ont parcouru trois heures durant, ce mercredi, les routes sinueuses du Vercors. Une opération inédite, intitulée « Motard d'un jour », organisée par la préfecture de l'Isère, avec l'appui de l'EDSR.

Bordures glissantes
« L'objectif, explique le commandant Jean-Philippe Vialat, est de réunir des décisionnaires et conseillers en sécurité routière sur un parcours à moto, afin de répertorier les aménagements routiers anormaux. » Au menu : une boucle d'environ 50 kilomètres au départ et à l'arrivée de Grenoble, via Saint-Nizier-du-Moucherotte, Lans-en-Vercors et Engins. A chaque halte, le commandant Vialat et Pascal Maurin, responsable de la sécurité routière au conseil général, commente ces aménagements incongrus, dus à une commune ou au conseil général. A Seyssinet, un rond-point récemment aménagé cumule les risques : « De la peinture verte et des bordures glissantes et un îlot central qui cache la vue. » Plus haut, à La Tour-sans-Venin, c'est « un îlot situé en fin de trajectoire qui constitue un obstacle dangereux pour les motards ». A la sortie d'Engins, ceux-ci doivent aussi se méfier d'un « arrêt de car mal placé sur la chaussée ». « On doit diffuser l'information pour remédier à ces dangers », souligne le commandant Vialat. La balle est maintenant dans le camp des pouvoirs publics.

Moins de tués à deux-roues en 2012

Selon le tableau de bord d'août 2012 sur la sécurité routière en Isère, la part des tués circulant à deux-roues motorisés (motos, scooters et cyclomoteurs) est en baisse. Ils représentent 18,4 % des tués depuis le début 2012 (7 accidents mortels sur 38 au total) contre 31,1 % sur la même période en 2011 (14 accidents mortels sur 45).