Montpellier : 30 secondes, 300 choix possibles, cette machine à cocktails donne envie d’être déjà en été

PINA COLADA Un Montpelliérain a inventé une machine capable de produire automatiquement 300 cocktails différents, à une fréquence d’un cocktail toutes les trente secondes

Jérôme Diesnis
— 
Mixo-Two, la machine à composer des cocktails de la société montpelliéraine Time-shaker, met environ 30 secondes à en réaliser un.
Mixo-Two, la machine à composer des cocktails de la société montpelliéraine Time-shaker, met environ 30 secondes à en réaliser un. — Time-shaker
  • A Castelnau-le-Lez, Vincent Guilbert a développé une machine qui automatise l’élaboration, selon son concepteur, jusqu’à 150 cocktails en une heure. Elle est capable d’en réaliser 300 différents.
  • La Mixo-two a obtenu le prix de l’innovation au Salon professionnel des équipements de l’hôtellerie de plein air (Sett) cet automne.
  • Pour mettre au point sa machine, Vincent Guilbert s’est entouré de mixologues qui l’ont accompagné dans l’élaboration de ses recettes.

Un mojito ? L’étude date de 2018. Selon Nielsen, le groupe spécialisé dans les études marketing, 82 % des Français consommeraient régulièrement des cocktails. A Castelnau-le-Lez, une commune de la métropole de Montpellier, Vincent Guilbert a développé une machine qui automatise, selon son concepteur, la réalisation de plus de 150 cocktails en une heure. « Après trois années en recherche et développement, on a déposé plusieurs brevets pour cette machine, explique le fondateur de la société Time-Shaker. Il existe sur le marché des prémix, des capsules qu’on associe à l’eau un peu sur le modèle des machines à café. Ou des machines à cocktails sans frigo. Celle que l’on propose est totalement innovante ».

Primée au Salon professionnel des équipements de l’hôtellerie de plein air (Sett) cet automne, elle y a obtenu le Sett d’or de l’innovation. Mixo-two, c’est son nom, dispose d’une capacité de 20 bouteilles. Elle est capable de réaliser en trente secondes l’un des 300 cocktails préenregistrés. La seule intervention humaine consiste à couper les fruits ou les agrumes, quand les recettes le nécessitent. « Lorsque vous appuyez sur la commande pour votre cocktail, la recette apparaît sur l’écran avec les éventuelles étapes à réaliser à la main ».

Accompagné de mixologues tout au long de la phase d’élaboration

Pour mettre au point sa machine, Vincent Guilbert s’est entouré de mixologues qui l’ont accompagné dans l’élaboration de ses recettes. A la fois dans le choix et le dosage des cocktails, puis, tout au long de leur élaboration pour s’assurer de leur qualité et de leurs goûts. Pour arriver à cette carte de 300 cocktails. Avec les grands classiques (Mojito, Sex on the beach, Cosmopolitan,…), mais aussi d’autres moins consommés en France et qui sont des références sous d’autres latitudes (comme le Negroni ou le maï taï).

A ce jour, environ 120 Mixo-two ont été distribués depuis le mois de septembre par Time-Shaker, alors que s’ouvre la période de l’année la plus importante, celle où les professionnels refont leurs stocks pour anticiper l’été. Et partent en quête de main-d’œuvre qualifiée de plus en plus difficile à trouver alors que l’on estime à 200.000 le nombre de postes vacants dans le secteur. « La machine à cocktail automatisée est aussi une réponse à ces difficultés qui touchent le monde de l’hôtellerie de la restauration », souffle Vincent Guilbert.

Comme Colin, le héros de Boris Vian dans L'Ecume des jours, à quand un pianocktail pour préparer ses cocktails à la maison (la musique et la poésie en moins) ? « C’est à l’étude, reprend le créateur de la Mixo-two. On espère proposer une machine automatisée pour le grand public début 2023 ».