McDonald’s a-t-il vraiment perdu une « bataille juridique » face au chef Jamie Oliver ? C'est faux

FAKE OFF Selon une publication très virale sur Facebook, Jamie Oliver aurait prouvé que les steaks de la chaîne de fast-food étaient « hautement toxiques ». Une histoire déformée

Emilie Jehanno

— 

Jamie Oliver est présenté sur les réseaux sociaux comme un fervent opposant à McDonald's. La réalité est plus subtile.
Jamie Oliver est présenté sur les réseaux sociaux comme un fervent opposant à McDonald's. La réalité est plus subtile. — LODI FRANCK/SIPA
  • Le célèbre chef britannique Jamie Oliver aurait, selon une publication très virale depuis quelques jours sur Facebook, mené une « bataille juridique » victorieuse McDonald’s.
  • Si Jamie Oliver s’est bien mobilisé en 2011 contre la « pâte rose » incorporée à certains steaks aux Etats-Unis, le bras de fer ne visait pas directement McDonald’s et ne s’est pas engagé sur le terrain sur le terrain judiciaire.
  • McDonald’s a annoncé en 2011 qu’il n’utiliserait plus ce produit dans la fabrication de ses steaks aux Etats-Unis. En France, ce procédé n’a jamais été utilisé, indique l’entreprise à 20 Minutes.

Jamie Oliver, héros de la lutte contre la malbouffe ? Sur Facebook, un message reproduit à de nombreuses reprises depuis une semaine célèbre une supposée victoire juridique du chef britannique sur  McDonald’s. Le cuisinier aurait « prouvé que la nourriture » servie par les restaurants de l’enseigne « n’est pas apte à être ingérée parce qu’elle est hautement toxique ». L’entreprise aurait, en conséquence, décidé de « changer la recette » de ses burgers.

D’après le post, Jamie Oliver aurait montré que « les parties grasses de la viande sont lavées avec de l’hydroxyde d’ammoniac » avant d’être intégrée par McDonald’s dans ses « Big Mac ». Et la publication de citer le cuisinier anglais : « Nous parlons de viandes qui auraient été vendues comme nourriture pour chiens et, après ce processus, des êtres humains sont servis. En dehors de la qualité de la viande, l’hydroxyde d’ammonium est nuisible à la santé. »

Le message conclut en précisant que « Burger King et Taco Bell ont déjà abandonné l’utilisation d’ammonium dans leurs produits » et en mentionnant un documentaire d’Arte intitulé « La grande malbouffe ».

Sur Facebook, un message viral célèbre la lutte de Jamie Oliver contre la malbouffe.
Sur Facebook, un message viral célèbre la lutte de Jamie Oliver contre la malbouffe. - Capture d'écran

Problème : de nombreux éléments de cette publication sont trompeurs, voire faux.

FAKE OFF

La controverse autour de l’utilisation d’hydroxyde d’ammonium dans la fabrication de steaks a bel et bien eu lieu, mais… en 2011 aux Etats-Unis. Comme le relatait 20 Minutes à l'époque, Jamie Oliver s’était associé à une campagne de mobilisation qui visait en premier lieu le ministère américain de l’Agriculture (USDA). Ce dernier achetait une « pâte gluante rose » destinée aux cantines scolaires. Fabriquée par Beef Products Inc., une entreprise du Dakota du Sud, cette pâte était constituée des bas morceaux de bœuf mixés dans une centrifugeuse et assaisonnés d’ammoniaque, un procédé approuvé par le ministère pour tuer toute bactérie E.coli. Elle était ensuite mélangée à du steak haché, sans que cela soit mentionné dans la composition du produit final.

Dans une émission de télévision américaine diffusée à l’époque, « Jamie Oliver’s Food Revolution », le chef dénonçait l’utilisation d'« un produit qui serait vendu sous la forme la moins chère pour les chiens et, après ce processus, [donnée] aux humains ». Dans un extrait vidéo toujours en ligne (à 3’35), le chantre de la cuisine saine décortique un processus de fabrication peu ragoûtant et affirme que cette pâte était présente dans 70 % de tous les produits à base de steak haché.

« McDonald’s France n’a jamais utilisé ce procédé »

Conséquence indirecte de cette campagne, McDonald’s a annoncé à la fin de l’année 2011 qu’elle cesserait d’ajouter ce produit dans ses steaks, comme le rapporte une dépêche AFP publiée début 2012. Taco Bell et Burger King avaient également pris une décision similaire. Il n’est jamais fait mention d’un procès de McDonald’s intenté contre Jamie Oliver. En 2019, Beef Product Inc a annoncé fabriquer à présent un « produit 100 % boeuf haché », approuvé par l’USDA, selon l’agence Associated Press.

« McDonald’s France n’utilise pas et n’a jamais utilisé ce procédé. Nos steaks hachés sont 100 % pur bœuf et 100 % pur muscle, sans ajout de matière grasse », précise aujourd’hui McDonald’s France à 20 Minutes. Et d’ajouter : « La pratique d’ajout d’ammoniac, qui était conforme à la réglementation en vigueur aux Etats-Unis, n’a plus été utilisée par McDonald’s aux Etats-Unis depuis 2011 et n’a jamais été utilisée en Europe. » L’enseigne précise également que la décision d’arrêter d’utiliser la pâte rose n’a pas été prise après une « bataille juridique ».

Enfin, le documentaire « La Grande Malbouffe », cité dans la plupart des messages viraux publiés en ligne, a bien été diffusé sur Arte le 2 février (et est disponible en replay jusqu’au 9 avril), mais il ne traite pas de McDonald’s, ni de la « pâte rose », ni de Jamie Oliver. L’enquête part de la recette industrielle du cordon-bleu pour déconstruire les pratiques de l’agroalimentaire.