Alexandre Mazzia, deux étoiles au guide Michelin et élu chef de l'année 2018 par le Gault & Millau.
Alexandre Mazzia, deux étoiles au guide Michelin et élu chef de l'année 2018 par le Gault & Millau. — Alain ROBERT/SIPA

PALMARES

Guide Michelin 2021 : Le Marseillais Alexandre Mazzia remporte la course aux étoiles

Stéphane Leblanc

Le palmarès 2021 a été dévoilé ce lundi au cours d’une cérémonie retransmise de la tour Eiffel

Le chef marseillais Alexandre Mazzia seul Trois-étoiles pour son restaurant A.M. En prime, deux Deux-étoiles et cinquante-quatre Une-étoile distingués par le Guide Michelin 2021… C’est moins que les années précédentes, mais pas si mal au vu de la fermeture forcée de la plupart des restaurants de l’hexagone au cours de sept des douze derniers mois.

Un palmarès singulier pour un millésime qui ne l’est pas moins. « Avec le renfort de leurs collègues internationaux, les inspecteurs ont pu effectuer, cette année, autant de repas que les années précédentes », a confié en préambule le patron du Guide Michelin, Gwendal Poullennec, pour justifier la pertinence de son édition 2021.

Un explorateur de saveurs

On connaît bien et on apprécie, chez 20 Minutes, le vainqueur du jour, cuisinier-voyageur et grand explorateur de saveurs dont la devise du restaurant AM, est : « qu’importe la destination, l’important c’est le voyage ». Il sait, au cours de la vingtaine de petites assiettes que compose son repas, mener ses clients loin, très loin…

Du côté des Deux-étoiles, on ne peut que féliciter Hélène Darroze pour son adresse parisienne remise à neuf, Marsan, et Cédric Deckert, jeune chef de La Merise à Lambach en Alsace, qu’on n’aurait peut-être pas imaginés en si bonne place. Et après tout, pourquoi pas.

« C’est un rêve de gosse »

Cinquante-quatre restaurants qui accèdent au rang d’étoilés, c’est le chiffre du jour. Pour la plupart de leurs cuisiniers, « c’est un rêve de gosse », comme l’a confié Mory Sacko, le chef de MoSuke à Paris, un des rares chef présent et également lauréat du prix du jeune chef de l'année. Celui de la jeune cheffe est revenu de son côté à Coline Faulquier qui a aussi remporté sa première étoile pour son restaurant Signature à Marseille.

Enfin, on compte 33 nouvelles «étoiles vertes», la distinction créée l’an dernier en faveur de restaurants engagés dans une démarche de gastronomie durable. A noter, la première « première-étoile » obtenue par un restaurant végétalien, celui de Claire Vallée, Ona à Arès en Gironde.