Street-food : L'aligot made in Toulouse, un plat à l'ancienne qui file la patate

PLEIN LES DOIGTS La série Street Food de « 20 Minutes » s’arrête dans la capitale de l’Occitanie pour vous faire découvrir l’aligot, cette spécialité traditionnelle née sur le plateau de l’Aubrac

Béatrice Colin avec Claire Manière

— 

«Plein les doigts»: L'aligot made in Toulouse, un plat à l'ancienne qui file la patate — 20 Minutes

Chaque vendredi, à travers la série « Plein les doigts », 20 Minutes vous fait découvrir ce que la street food à la française a de meilleur à offrir. De Paris à Nice en passant par Bordeaux et Strasbourg, voici nos endroits favoris pour manger sur le pouce. Et s’en mettre plein les doigts (ou presque).

Il était servi par les habitants aux pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle quand ces derniers traversaient l’Aubrac. Spécialité culinaire de ce plateau à cheval sur l’Aveyron, la Lozère et le Cantal, l’aligot est devenu un plat emblématique de l’Occitanie. Et en capitale régionale qui se respecte, Toulouse a son « Aligot bar », à deux pas du Capitole.

Dans son établissement de la rue du Taur, Jean-Marc Fauré prépare tous les jours ce plat composé de purée de pommes de terre, de tome fraîche en provenance de Laguiole, de crème et d’ail. Et il le fait en public, car le spectacle n’est pas dans l’aligot même, mais aussi dans le tour de main pour arriver à « faire filer » l’aligot.

Muni de sa baratte, une énorme spatule en bois, il tourne et retourne sa préparation. De quoi susciter l’intérêt des passants de cette rue très touristique.

Si on peut le déguster sur place, pour 6 à 7 euros, on peut aussi emporter sa portion, histoire de se délecter de ce goût si particulier. Accompagné d’une saucisse de Toulouse, c’est encore mieux.