Montpellier : Qui est Julien Meurillon, 33 ans, sacré sommelier de l'année par Gault et Millau ?

VIN Le Montpelliérain a été sacré par le guide Gault et Millau, lundi

Nicolas Bonzom

— 

Julien Meurillon, devant l'Arbre blanc, à Montpellier
Julien Meurillon, devant l'Arbre blanc, à Montpellier — N. Bonzom / Maxele Presse

A 33 ans, Julien Meurillon a (déjà) séduit le Gault et Millau. « J’ai encore des étoiles plein la tête ! J’ai même un peu du mal à redescendre de mon nuage », sourit le Montpelliérain. Lundi, le jeune homme, qui officie au restaurant de l’Arbre blanc, à Montpellier, a été sacré sommelier de l’année par le prestigieux guide gastronomique.

Pourtant, ce métier-là, Julien Meurillon, qui a débarqué dans l’Hérault à l’âge de 3 ans, l’a un peu découvert par hasard alors qu’il était chef de rang au Prose à la Grande-Motte.

« Fouler les terres, goûter les cépages, c’est là où tout bascule »

« J’étais minot et complètement admiratif du travail du sommelier, la façon qu’il avait d’aborder les tables, son savoir-faire, j’ai eu un déclic », raconte le trentenaire, qui s’est lancé corps et âme dans une formation. La toute première, dans ce domaine, où il était totalement « autodidacte ». « C’est fou, j’étais parti à Marrakech, pour ouvrir des caves à vin dans des restaurants, quand je suis revenu en France, j’avais un peu perdu le goût, raconte-t-il. Je m’étais même lancé dans l’immobilier, sans trop y croire. »

Avant de proposer les pépites qu’il chérit aux clients du restaurant de l’Arbre blanc, le Montpelliérain ne cache pas qu’il apprécie sillonner les vignobles du coin, à la recherche de crus remarquables. « Fouler les terres, goûter les cépages non-assemblés, c’est là où tout bascule, confie Julien Meurillon. Cet amour-là, que nous transmettent les vignerons, on le retransmet à table. J’adore quand on fait appel à moi en salle, quand on me fait confiance les yeux fermés. J’ai conscience à quel point un vin peut sublimer un plat. Beaucoup de clients aiment se laisser guider, et je suis là pour ça. »

Dans les cuisines de l’Arbre, le chef Eric Cellier est ravi du succès de son sommelier. « Je suis très fier de lui, il travaille beaucoup, c’est un véritable passionné », confie-t-il. « Il faut admettre que mon grand-père et mon père étaient de grands amateurs de vin, sourit Julien Meurillon. Petit, j’ai eu droit à quelques petites gorgées pour goûter. »