Nîmes: Un million de cigarettes de contrebande et des lingots d’or saisis

JUSTICE Huit personnes sont jugées à Nîmes dans le cadre d’un vaste trafic de cigarettes de contrebande importées des pays de l’est

Jerome Diesnis

— 

Des cigarettes de contrebande. Illustration.
Des cigarettes de contrebande. Illustration. — Witt / Sipa

Huit personnes sont jugées ce vendredi par le tribunal correctionnel de Nîmes. Elles sont accusées d’avoir organisé un trafic de cigarette depuis la Biélorussie en passant par la Pologne. Les cigarettes étaient ensuite revendues à Nîmes dans les bars à chicha, à la sauvette ou dans les épiceries dont certaines ont été entre-temps fermées administrativement.

En mars 2017, deux ressortissants polonais avaient été arrêtés sur l’autoroute A9 avec un million de cigarettes à bord de leur véhicule. Il s’agissait de la plus grosse saisie jamais réalisée dans la région en matière de cigarettes de contrebande. 1.500 cartouches avaient de nouveau été saisies en octobre.

400.000 euros de bien saisis

Habitants Nîmes ou Avignon (pour deux d’entre eux), les huit prévenus arrêtés après une longue enquête par le SRPJ de Nîmes sont de nationalité polonaise ou originaires d’Algérie, du Maroc et de Syrie. Dans le cadre de cette affaire, 400.000 euros de biens ont été saisis : des lingots d’or, des fonds de commerce, de l’argent liquide et bien sûr du tabac, sous forme de cartouches ou de tabac à narguilé, ainsi qu’une arme de poing.

Ils sont jugés pour l’importation de tabac en contrebande, vente frauduleuse de tabac, blanchiment aggravé en bande organisée.