Cannes: Un restaurateur veut conquérir la France avec ses petits plats livrés (à réchauffer)

A TABLE Fred Vacherié s’est lancé dans la production de recettes très travaillées et conditionnées sous vide, vendues pour le prix d’une pizza ou d’un burger…

Fabien Binacchi

— 

Des recettes sous vides et des plats du jour peuvent être livrés
Des recettes sous vides et des plats du jour peuvent être livrés — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes
  • Fred Vacherié, un restaurateur cannois, a ouvert Jam, un service de livraison de plats cuisinés très élaborés, vendus pour le prix d’une pizza ou d’un burger.
  • Les recettes sont conditionnées sous vide et à réchauffer.
  • Après l’ouverture de plusieurs points de commande dans le Sud de la France, l’entrepreneur envisage de se lancer dans la franchise partout dans l’Hexagone.

« La livraison de repas est en croissance partout. Ce marché a augmenté de 35 % en 2017. » Et Fred Vacherié a bien l’intension de surfer sur cette vague. Avec un concept « unique ».

Pas de pizza, ni de sushi et encore moins de burger, ce restaurateur cannois de 40 ans fan du bien manger vient de lancer Jam home-made cuisine, une enseigne dédiée à la fabrication de plats cuisinés très travaillés.

Pour le prix d’une pizza ou d’un burger

Commandés en ligne et dès la semaine prochaine via des applications smartphone iOS et Android, vendus de 9 euros à 13 euros, ils sont conditionnés sous vide, livrés en moins de 30 minutes et à réchauffer soi-même à domicile ou au bureau.

>> A lire aussi : Une start-up niçoise livre des plats en chemise et nœud pap

A la carte, un plat du jour (le seul à être livré dans une barquette et pas sous-vide) mais aussi deux recettes vegan, quatre de viande et deux de poisson qui changeront quatre fois par an en fonction des saisons. Le tout avec des produits français et souvent issus de circuits courts.

Un concept « facile » à développer

A l’heure où Deliveroo et Uber Eats ne s’installent que dans les grandes villes (le second débarque à Cannes ce jeudi), l’entrepreneur a pensé son modèle pour « qu’il puisse être développé dans n’importe quelle commune de plus de 15.000 habitants ».

>> A lire aussi : A Nice, le boom de la livraison de repas à vélo, au domicile ou au bureau

« Les plats sont confectionnés dans une cuisine centrale [à la Bocca] et ont une date limite de consommation, contrôlée par les services vétérinaires du département, de plusieurs jours. Ils peuvent donc être acheminés dans des points de commande petits et faciles à ouvrir », explique Fred Vacherié, qui va s’installer, en plus de Cannes, à Antibes, Sophia et Mougins d’ici la fin de l’année.

Avant d’aller à Nice avec une cuisine plus vaste. Mais le Cannois veut voir plus grand. Il pense déjà à se lancer dans la franchise, partout en France.