Mort de Bernard Tapie: une vie, plusieurs visages

Diaporama Retrouvez, en images, la vie de l'ancien homme d'affaires

Olivier Juszczak
— 
 Bernard Tapie avant un match de l'Olympique de Marseille, pour les célébrations du 20e anniversaire de la victoire de l'OM en Ligue de champions, le 26 mai 2013.
Bernard Tapie avant un match de l'Olympique de Marseille, pour les célébrations du 20e anniversaire de la victoire de l'OM en Ligue de champions, le 26 mai 2013. — GERARD JULIEN/AFP

Né le 26 janvier 1943, Bernard Tapie est décédé à l'âge de 78 ans, le 3 octobre 2021. Homme d'affaires, de sport, de politique mais aussi de démêlés avec la justice, Bernard Tapie a marqué la France et la ville de Marseille des années 1980 à nos jours. 

20 Minutes revient en images sur ce parcours atypique.


Réalisation : Olivier JUSZCZAK

  •  Bernard Tapie avant un match de l'Olympique de Marseille, pour les célébrations du 20e anniversaire de la victoire de l'OM en Ligue de champions, le 26 mai 2013.
    Bernard Tapie avant un match de l'Olympique de Marseille, pour les célébrations du 20e anniversaire de la victoire de l'OM en Ligue de champions, le 26 mai 2013. — GERARD JULIEN/AFP

    Né le 26 janvier 1943, Bernard Tapie est décédé à l'âge de 78 ans, le 3 octobre 2021. Homme d'affaires, de sport, de politique mais aussi de démêlés avec la justice, Bernard Tapie a marqué la France et la ville de Marseille des années 1980 à nos jours. 20 Minutes revient en images sur ce parcours atypique. 


    Réalisation : Olivier JUSZCZAK

  • Un forum organisé par le journal « L’Expansion », le 12 avril 1984.
    Un forum organisé par le journal « L’Expansion », le 12 avril 1984. — DOMINIQUE FAGET/AFP

    Bernard Tapie fait fortune dans les années 1980 en rachetant des entreprises en difficulté afin de les revendre beaucoup plus cher après les avoir redressées. Il rachète notamment les magasins d'alimentation bio La Vie Claire, en 1980. Il devient célèbre et apparaît de plus en plus dans les médias. Il sera désigné « homme de l’année 1984 ».

  • Le 21 juillet 1986, les deux cyclistes Bernard Hinault et Greg Lemond sont avec Bernard Tapie sur le podium de la 21e étape du Tour de France entre Briançon et L'Alpes d'Huez.
    Le 21 juillet 1986, les deux cyclistes Bernard Hinault et Greg Lemond sont avec Bernard Tapie sur le podium de la 21e étape du Tour de France entre Briançon et L'Alpes d'Huez. — AFP

    Passionné de sport, Bernard Tapie décide de monter une équipe cycliste, La Vie Claire, en 1984, autour de Bernard Hinault (à gauche). Le Français remporte le Tour de France en 1985. En 1986, c'est son coéquipier américain Greg Lemond (à droite) qui remporte la Grande Boucle.

  • Michel Hidalgo et Bernard Tapie, le 15 août 1986.
    Michel Hidalgo et Bernard Tapie, le 15 août 1986. — AFP

    En 1986, Bernard Tapie veut poursuivre sa réussite dans le monde du football. Il rachète le club de l'Olympique de Marseille alors en difficulté dans le championnat français pour en devenir le président. Il embauche l'ancien sélectionneur national, Michel Hidalgo (à droite), comme manager du club.

  •  Meeting électoral à Marseille de Bernard Tapie, le 8 décembre 1988.
    Meeting électoral à Marseille de Bernard Tapie, le 8 décembre 1988. — JACQUES DEMARTHON/AFP

    Après une rencontre avec le président François Mitterrand, Bernard Tapie se lance en politique lors des élections législatives de 1988 sous l'étiquette majorité présidentielle dans la 6e circonscription de Marseille, réputée très ancrée à droite. A la suite de l'annulation par le Conseil constitutionnel du premier scrutin pour irrégularités dans le comptage des votes de son adversaire, Guy Teissier, il remporte le second scrutin et devient député.

  • Bernard Tapie et Jean-Pierre Papin, le 20 mai 1989.
    Bernard Tapie et Jean-Pierre Papin, le 20 mai 1989. — JACQUES DEMARTHON/AFP

    L'année suivante, il remporte son premier titre de champion de France de football avec l'Olympique de Marseille en tant que président du club. Il célèbre ici le titre dans le vestiaire du stade Vélodrome avec l'attaquant Jean-Pierre Papin, à Marseille, le 20 mai 1989.

  • Bernard Tapie visite le marché du Plan de Cuques lors de la campagne électorale régionale, le 16 mars 1992.
    Bernard Tapie visite le marché du Plan de Cuques lors de la campagne électorale régionale, le 16 mars 1992. — GEORGES GOBET/AFP

    En 1990, Bernard Tapie est au sommet et décide de racheter l'entreprise Adidas alors en difficulté. Il parle de « l’affaire de sa vie ». Il revendra la société en 1993 pour un montant équivalent à 315,5 millions d'euros à huit investisseurs dont le Crédit lyonnais, alors banque publique et un de ces principaux créanciers. Mais en 1994, la banque exige de recouvrer des créances et place Tapie en liquidation judiciaire. C'est le début de « l’affaire Tapie » qui se poursuivra pendant 26 ans.

  • Le ministre de la Ville, Bernard Tapie, répond à la presse dans son bureau au ministère, le 4 février 1993, à Paris.
    Le ministre de la Ville, Bernard Tapie, répond à la presse dans son bureau au ministère, le 4 février 1993, à Paris. — PATRICK HERTZOG/AFP

    Bernard Tapie poursuit sa carrière politique et est nommé ministre de la Ville dans le gouvernement du Premier ministre Pierre Bérégovoy, en avril 1992. En contre-partie, il accepte de se retirer du monde des affaires.

  • Basil Boli et Bernard Tapie avec la coupe des Champions lors de la nuit de fête suivant la victoire contre le Milan AC, le 26 mai 1993.
    Basil Boli et Bernard Tapie avec la coupe des Champions lors de la nuit de fête suivant la victoire contre le Milan AC, le 26 mai 1993. — TSCHAEN/SIPA

    Le 26 mai 1993, l'Olympique de Marseille remporte la Ligue des Champions en dominant le Milan AC (1-0) dans le stade olympique de Munich (Allemagne), grâce à un but de la tête du défenseur marseillais Basil Boli. Photo : Le buteur et Bernard Tapie ensemble avec la coupe lors de la nuit de fête suivant la victoire.

  • Jacques Glassmann, joueur de Valenciennes, lors du procès de « l‘affaire OM-VA » devant le tribunal correctionnel de Valenciennes, le 21 juillet 1993.
    Jacques Glassmann, joueur de Valenciennes, lors du procès de « l‘affaire OM-VA » devant le tribunal correctionnel de Valenciennes, le 21 juillet 1993. — NICOLAS TAVERNIER/TSCHAEN/SIPA

    Une semaine avant son sacre européen, l'OM se déplace à Valenciennes dans le cadre du championnat de France et remporte le match sur le score de 1 à 0. Un joueur de Valenciennes, Jacques Glassmann (photo), déclare à la presse que le match a été « acheté » par les dirigeants de l'Olympique de Marseille. C'est le début de « l‘affaire OM-VA » pour corruption dans le milieu du football. Le club de Marseille sera déchu de son titre de champion de France 1993 et relégué en 2e division en 1994.

  • Le président de la République François Mitterrand, Bernard Tapie, et François Léotard, alors ministre de la Défense, lors de la garden party dans les jardins de l'Elysée, le 14 juillet 1993.
    Le président de la République François Mitterrand, Bernard Tapie, et François Léotard, alors ministre de la Défense, lors de la garden party dans les jardins de l'Elysée, le 14 juillet 1993. — WITT/SIPA

    Le 14 juillet 1993, le président de la République François Mitterrand réaffirme son soutien à Bernard Tapie lors d'une interview télévisée.

  • 28 juillet 1994, rue des Saints-Pères, à Paris.
    28 juillet 1994, rue des Saints-Pères, à Paris. — CHESNOT/SIPA

    Le 28 juillet 1994, le mobilier et les biens de Bernard Tapie sont saisis à son hotel particulier de Paris, rue des Saints-Pères. L'homme d'affaire doit faire face à une dette de 1,3 milliard de francs envers le Crédit lyonnais. Il est personnellement mis en liquidation judiciaire par le tribunal de Paris. « L’affaire Tapie » se poursuivra jusqu'à nos jours. En 2008, Bernard Tapie qui a soutenu Nicolas Sarkozy lors de la campagne présidentielle de 2007, reçoit plus de 400 millions d'euros de la part de l'Etat lors d'un arbitrage considérant que l'homme d'affaire a été lésé lors de la vente d'Adidas par le Crédit lyonnais. Cette décision est contestée puis annulée en 2015. Bernard Tapie doit rembourser. Christine Lagarde, ministre des Finances lors de l'arbitrage, est condamnée pour négligence mais sans peine. Un nouveau procès devait avoir lieu. Une affaire décidément sans fin.

  • Bernard Tapie et Jean-Jacques Eydelie, un ancien joueur de Marseille, au début du procès en appel de « l‘affaire OM-VA », le 24 octobre 1995.
    Bernard Tapie et Jean-Jacques Eydelie, un ancien joueur de Marseille, au début du procès en appel de « l‘affaire OM-VA », le 24 octobre 1995. — CHESNOT/SIPA

    Dans le cadre de « l‘affaire OM-VA » Bernard Tapie est condamné à deux ans d'emprisonnement dont huit mois fermes par la cour d'appel de Douai, le 28 novembre 1995. Il déclare : « chacun appréciera ce que sont huit mois de prison ferme par rapport à 250.000 francs donnés à mon insu (je maintiens) pour un match de football ». Photo : Bernard Tapie et Jean-Jacques Eydelie, un ancien joueur de Marseille, au début du procès en appel, le 24 octobre 1995.

  • Photo d'illustration du 26 mars 1996 montrant Bernard Tapie entouré de deux policiers arrivant au palais de justice de Béthune.
    Photo d'illustration du 26 mars 1996 montrant Bernard Tapie entouré de deux policiers arrivant au palais de justice de Béthune. — GERARD CERLES/AFP

    Bernard Tapie ira finalement en prison du 3 février au 25 juillet 1997 après s'être pourvu en cassation. Photo d'illustration du 26 mars 1996 montrant Bernard Tapie entouré de deux policiers arrivant au palais de justice de Béthune.

  • Le 20 janvier 2003 sur un épisode de la série « Commissaire Valence ».
    Le 20 janvier 2003 sur un épisode de la série « Commissaire Valence ». — T.F.1-CHEVALIN/SIPA

    Dès 1995 Bernard Tapie se reconvertit dans une nouvelle carrière de comédien qu'il poursuivra jusqu'en 2008. Il incarne notamment le Commissaire Valence de 2002 à 2008 sur TF1.

  • Le siège du journal « La Provence », à Marseille, le 20 décembre 2012.
    Le siège du journal « La Provence », à Marseille, le 20 décembre 2012. — ANNE-CHRISTINE POUJOULAT/AFP

    En 2009, Bernard Tapie se lance à nouveau dans le monde des affaires grâce aux bénéfices de l'arbitrage concernant « l’affaire Tapie ». Le 20 décembre 2012, les journalistes attendent à l'entrée du quotidien régional La Provence, à Marseille, lors d'une visite de Bernard Tapie. La veille, l'homme d'affaire est devenu actionnaire majoritaire du journal marseillais ainsi que de Nice-Matin.

  • Au stade Vélodrome, à Marseille, le 24 septembre 2017.
    Au stade Vélodrome, à Marseille, le 24 septembre 2017. — CLAUDE PARIS/AP/SIPA

    Le 24 septembre 2017, la femme de Bernard Tapie annonce qu'il est traité pour un cancer de l'estomac. Les supporters de l'Olympique de Marseille déploient une banderole dans les tribunes du stade Vélodrome : « courage et merci boss » en soutien à l'ancien président du club. 

  • Bernard Tapie lors d'une conférence à Liège (Belgique), le 27 septembre 2018.
    Bernard Tapie lors d'une conférence à Liège (Belgique), le 27 septembre 2018. — EMMANUEL DUNAND/AFP

    Bernard Tapie est relaxé des accusations « d'escroquerie » dans l'affaire de l'arbitrage de Crédit Lyonnais le 9 juillet 2019. Il nous quitte à l'âge de 78 ans, le 3 octobre 2021. Il avait quatre enfants (Nathalie, Stéphane, Sophie et Laurent) issus de deux mariages.

Retourner en haut de la page