« D'autres quartiers sont prêts à accueillir de grandes entreprises »

— 

Jean-Paul Huchon, le président PS de la région, réclame des moyens pour l'Est parisien

Considérez-vous que La Défense avait besoin de ce plan de relance ?

L’Ile-de-France est de plus en plus attractive économiquement. Elle est même passée cette année devant le Grand Londres. Donc la justification d’une relance massive du quartier parce que la région serait à bout de souffle me paraît excessive.

Mais cette relance se justifie aussi en raison de l’obsolescence du quartier…
Je reconnais qu’il est vieillissant. Mais le plan prévoit de construire 450 000 m2 de bureaux sur la période 2007-2013, et cela est en contradiction totale avec la volonté affichée de l’Etat et de la région d’un rééquilibrage vers l’est de l’Ile-de-France des activités économiques. Et cette annonce n’a été faite sans aucune concertation.

Donc La Défense ne devrait pas être prioritaire ?
C’est un choix de la part de l’Etat, pas moderne du tout, qui consiste à faire tourner La Défense comme elle tournait avant. C’est-à-dire que ce quartier reste dans l’esprit du gouvernement le poumon du développement de l’Ile-de-France. Nous, nous attendons, en vain, des annonces en faveur d’autres quartiers de l’Ile-de-France prêts eux aussi à accueillir de grandes entreprises.

Il est question de prolonger Eole jusqu’à La Défense. Qu’en pensez-vous ?
Cela ne fait pas partie des priorités que nous inscrirons au Contrat de projet Etat-Région. C’est trop cher et on a d’abord à terminer l’ensemble du programme du contrat de plan 2000-20006 qui se traduit par un surcoût de 800 millions d’euros.

Que pensez-vous de la proposition de l’Epad de se servir des plus-values dégagées par La Défense, pour financer des opérations d’intérêt national (OIN) en Ile-de-France ?
La présentation est intellectuellement habile, mais ne repose sur aucune réalité, car les financements dégagés par l’Epad pour financer les OIN, mais également certains équipements, comme la sécurité des tunnels, sont très insuffisants.

Propos recueillis par Mickaël Bosredon