Philippe Crova: "Nous n'avons tiré aucune leçon de 2003"

— 

3 questions à Philippe Crova, médecin urgentiste à l’hôpital de Bourgoin-Jallieu et délégué régional Rhônes-Alpes de l’Association des Médecins Urgentistes Hospitaliers de France (Amuhf) :

Alors que la canicule va s’abattre sur la France durant plusieurs jours, prenez-vous des mesures particulières pour anticiper ses effets ?

Nous n’avons reçu aucune consigne particulière. Mais d’ores et déjà, l’activité est dense dans les services d’urgences des agglomérations lyonnaise et grenobloise. Nous n’avons tiré aucune leçon de 2003 et les hôpitaux français ne peuvent pas faire face à des pics d’activité tels que nous sommes sur le point d’en connaître. Les fermetures estivales de lits, dans un contexte déjà difficile, nous placent dans une situation impossible à tenir. Quant au plan Urgences du gouvernement, son budget bénéficie à l’hospitalisation à domicile ou aux services de cardiologie mais absolument pas aux services d’urgences. Il n’est donc d’aucun secours lors d’une canicule.

Craignez-vous que la grève des chirurgiens, des anesthésistes et des obstétriciens dans les cliniques privées renforce la crise ?

Non car hôpitaux et cliniques n’ont pas la même clientèle. Les personnes âgées qui ont besoin de venir aux urgences sont orientées vers les hôpitaux et non les cliniques privées car elles ne sont pas assez rentables. Les cliniques privilégient la chirurgie obstétrique ou la cardiologie. Les structures d’aval, comme les maisons de retraite, se déchargent également de leurs responsabilités en envoyant les personnes du quatrième âge vers les urgences des hôpitaux publics.

Pensez-vous que le renfort des étudiants en médecine, souhaité par le ministre de la Santé, soit une solution ?

C’est du bricolage ! Nous les aurons dans les pattes et ne saurons pas quoi leur faire faire. Cette annonce est irresponsable et il aurait fallu prévoir en amont du personnel intérimaire. Il est temps que les autorités mènent une politique cohérente dans les hôpitaux.

Propos recueillis par Alexandre Sulzer