Des régions mobilisées mais pas submergées

©2006 20 minutes

— 

Les régions touchées par la vague de chaleur ont mobilisé leurs ressources et tenté d'organiser les structures de soins. A Toulouse, les urgences du CHU de Purpan sont « en flux tendu ». La fréquentation est en hausse de 10 % par rapport à l'an dernier. Hier, une dizaine de patients ont été admis pour déshydratation. A Nantes, « il y a peu d'attente aux urgences », selon la direction du CHU. Aucune affluence particulière à Lille, à Strasbourg, à Lyon ou à Marseille.

Les syndicats hospitaliers s'inquiètent du nombre de lits disponibles. Dans le Nord, on estime que « la canicule risque d'aggraver les soucis liés aux sous- effectifs chroniques. Aucun renfort n'est prévu, à part des ventilateurs. »

De nos rédactions locales

Selon deux agents CFDT qui ont inspecté hier le service des urgences nantaises pendant une heure, il n'y a « pas de problème pour l'instant ». Des salles réfrigérées et des ventilateurs attendent les visiteurs. A Nantes, un protocole a été mis en place pour être plus vigilant avec les patients qui sont dans la file d'attente et les prendre en charge plus rapidement.