Les casse-tête du PS

©2006 20 minutes

— 

Trop, c'est trop. L'inquiétude grandit au Parti socialiste face à la multiplication des candidatures au sein du parti et à gauche. Dernières en date : celles, possibles, de Jean-Pierre Chevènement (MRC) et de Christiane Taubira (PRG). « On a le sentiment qu'aucune leçon n'a été tirée de ce qui s'est passé le 21 avril 2002 », a déclaré François Hollande samedi soir, en appelant au rassemblement. Hier, Pierre Moscovici a demandé que le PRG et le MRC renoncent à présenter un candidat en 2007.

Ces candidatures ne sont pas la seule source de conflit au PS. Les éléphants continuent de s'écharper sur le cas Royal. Dans une interview au JDD, Michel Rocard a dénoncé hier la campagne menée par son parti. « Comment confier un trente tonnes bourré d'explosifs à des gens qui n'ont jamais conduit de poids lourds ? », s'est demandé l'ancien Premier ministre, faisant référence à Ségolène Royal. Le député Arnaud Montebourg se pose moins de questions. Ce week-end, il a exprimé sa préférence pour la présidente de Poitou-Charentes : « Elle incarne une part de la rénovation que nous portons. »