Gaz: Les concurrents donnent un sursis à l'Etat

avec AFP

— 

Le groupe GDF-Suez a assuré lundi que ses effectifs globaux devraient rester quasiment stables d'ici à fin 2015, après un communiqué de la CGT faisant état de la suppression de 4.000 postes en trois ans, en Europe, principalement via des départs non remplacés.
Le groupe GDF-Suez a assuré lundi que ses effectifs globaux devraient rester quasiment stables d'ici à fin 2015, après un communiqué de la CGT faisant état de la suppression de 4.000 postes en trois ans, en Europe, principalement via des départs non remplacés. — Loic Venance AFP

Le gouvernement a obtenu mardi un sursis de la part des concurrents de GDF Suez, qui ont renoncé pour le moment à saisir le Conseil d'Etat pour contester la limitation à 2% de la hausse des prix du gaz, tout en s'insurgeant contre la «politisation» des tarifs de l'énergie.

Les prix auraient dû croître de 7,3%

Dans un communiqué, l'Association nationale des opérateurs détaillants en énergie (Anode), qui regroupe les fournisseurs alternatifs Altergaz, Gaz de Paris, Planète Oui et Poweo Direct Energie, s'est dite déterminée à contester «le gel partiel et illégal des tarifs imposé par le gouvernement». Une allusion à la décision du gouvernement Ayrault de limiter à 2% (soit le niveau de l'inflation) la hausse des tarifs réglementés de GDF Suez.

Cette hausse limitée est entrée en vigueur la semaine dernière, bien qu'elle ait été jugée insuffisante par le régulateur du secteur, la CRE (Commission de régulation de l'énergie). Les prix du gaz auraient dû normalement augmenter de 7,3% pour couvrir les coûts de GDF Suez, selon l'autorité.