La ruée sur Berlin, mission possible

©2006 20 minutes

— 

Qui ne tente pas n'est pas français ? Selon l'Office national allemand du tourisme, le voyage pour assister à la finale à Berlin ne relève pas du parcours du combattant. « Beaucoup de chambres sont en train de se libérer à Berlin même, mais aussi à Potsdam, la ville voisine située à quelques kilomètres », probablement en raison de l'annulation d'autres supporteurs étrangers, déboutés du droit de finale. Quant aux tarifs, l'office assure que l'inflation n'a pas encore gagné la capitale, « les Allemands cherchant plus à remplir [les hôtels] qu'à escroquer les supporteurs ».

Côté transport, Germanwings, compagnie low-cost allemande, a annoncé hier que, fait très rare, des vols supplémentaires allaient être organisés au départ de Roissy Charles-de-Gaulle et de Nice, ainsi qu'au départ de Berlin lundi, pour les fans français qui rentreront.

Selon Maxime, volontaire chargé de l'accueil des visiteurs francophones dans les stades les soirs de match, « de nombreux Français venus assister à la demi-finale à Munich ont décidé de continuer la fête à Berlin », sachant que de nouveaux écrans géants longs de 60 mètres ont été disséminés près de la porte de Brandebourg. Au total, cent mille étrangers sont attendus dimanche soir dans la capitale allemande.

Laure de Charette

Sur Internet, les enchères ne cessent de grimper. Hier, les billets pour le match France-Italie s'échangeaient sur www.ebay.fr entre 750 e et 1 500 e l'unité. Mais d'ici au jour J, les prix risquent fort de s'envoler davantage.