«Des gens très différents se sont parlé pour la première fois»

©2006 20 minutes

— 

Sur la place Arnaud-Bernard, à Toulouse, rien ne laisse deviner l'intérêt porté aux Bleus. Pourtant, c'est là que les habitants de ce quartier populaire exultent les soirs de victoire de l'équipe de France. « J'ai acheté trois bouteilles de champagne pour mercredi », annonce Karim, chanteur de raï. « Dans mon bar, des gens d'origine et de conditions différentes se sont parlé pour la première fois grâce à l'équipe de France », raconte Pedro, patron du Bistrot des Voyageurs. Il se souvient de la défaite de l'Espagne. « Comme je suis le seul Espagnol connu sur la place, tout le monde est venu me taquiner le lendemain ! » Larbi, lui, regardera la demi-finale avec des amis dans un bar, vêtu du maillot de Zidane. « Je suis impatient que la France remporte le titre. J'aime cette France-là ! », s'exclame-t-il. « Quand je sors faire la fête, les gens nous parlent plus facilement. Ils ne nous excluent plus parce que nous sommes des étrangers », complète Fatima, qui ne se leurre pas sur la durée de l'effet Coupe du monde. « Sur la place du Capitole, j'ai vu beaucoup de “beurs” avec le drapeau français, s'étonne Waheb, patron d'un salon de thé. J'aimerais que les politiques s'inspirent de ces moments. »

A Toulouse, Catherine Lehe