Elèves compositeurs de sonneries

©2006 20 minutes

— 

Les sonneries scolaires ne sont pas seulement le signal pour regagner sa classe. Elles sont aussi la source de nuisances sonores, selon le centre de création musicale La Muse en Circuit. Pour une des classes de 5e du collège Jules-Vallès de Choisy-le-Roi (Val-de-Marne), la fin d'année est donc consacrée à la composition de nouvelles sonneries, avec l'aide des animateurs de La Muse en Circuit.

Au programme : prise de son, cours de prévention sur les risques auditifs et création de sonneries avec un logiciel informatique. « Les sonneries sont parfois trop agressives ou monotones. Les écoles veulent les changer. Les élèves font tout de A à Z et participent à une expérience concrète et complète », explique le responsable du projet, Laurent Sellier. Les vingt-quatre élèves de la classe choisie par Agnès Lefèvre, professeur de musique à l'origine de l'initiative, travaillent par groupes de deux sur les douze sonneries quotidiennes. « Je trouvais super de pouvoir associer mes élèves à la structure du collège. Ils participent à la vie de l'établissement de manière réelle, en imprimant leur marque », affirme-t-elle. Eux sont très enthousiastes. « Cette année, il n'y avait qu'une sonnerie, on se croyait dans un hall de gare », critique Claire qui invente la sonnerie de 14 h. Avec Emilie, elles effectuent les derniers mixages et ajoutent des voix sur leur mélodie, très « zen ». Ludovic et David, en charge de la récréation de 10 h 20, ont imaginé une boucle sonore plus rythmée. « On a appris beaucoup plus que pendant une semaine de cours normale », se réjouit Ludovic.

Autour d'eux, les groupes s'associent, chacun écoutant les oeuvres de l'autre, se lancent parfois quelques piques, mais toujours dans la bonne humeur. « On s'est bien amusé et les cours nous ont poussés à faire plus attention à nos oreilles », souligne Ludovic.

Sixtine de Villeblanche

L'année prochaine, la Muse en Circuit renouvelle l'opération « Les 24 heures du son à l'école» dans une dizaine d'établissements d'Ile-de-France. Le dispositif pourrait ensuite s'étendre au plan national.