30 ans de Libé

— 

 Voici les grandes dates du quotidien Libération, que le PDG Serge July, qui a confirmé jeudi sa démission, avait fondé en 1973 notamment avec le philosophe Jean-Paul Sartre. Issu de la mouvance maoïste, le quotidien allait devenir le symbole des années 80.

18 avril 1973 : édition d'un premier numéro de quatre pages, lançant une souscription pour le financement "d'un organe quotidien entièrement libre".
22 mai 1973 : Libération sort pour la première fois en kiosque au prix de 0,80 franc.
novembre 1974 : création d'une SARL de presse. Une militante remplace Jean-Paul Sartre comme directeur de la publication.
21 février 1981 : arrêt provisoire de la parution, plan de licenciements.
13 mai 1981 : reparution du journal, lancement de Libération 2.
16 février 1982 : parution des premières publicités. Les ventes en 1982 atteignent 60.000 exemplaires.
8 septembre 1986 : lancement de Lyon-Libération, qui vivra sept ans.
mai 1993 : entrée d'actionnaires extérieurs, comme Antoine Riboud, Gilbert Trigano et Jérôme Seydoux.
26 septembre 1994 : lancement de Libération 3, qui sera un échec commercial et financier.
novembre 1995 : nouvelle formule de Libération.
janvier 1996 : un plan de recapitalisation, accompagné d'une réduction d'effectifs, entérine la prise de contrôle par le groupe Chargeurs, de Jérôme Seydoux.
18 juin 1996 : Laurent Joffrin devient directeur de la rédaction, Serge July, PDG.
15 février 1999 : Frédéric Filloux succède à Laurent Joffrin.
24 février 2000 : Jacques Amalric succède à Frédéric Filloux.
27 février 2001: recomposition du capital, faisant du personnel le premier actionnaire du quotidien.
22 avril 2002 : tirage record à un million d'exemplaires au lendemain du premier tour de l'élection présidentielle. Le numéro se vend à plus de 700.000 exemplaires. A la Une, le portrait de Jean-Marie Le Pen barré d'un énorme "Non".
8 octobre 2002 : Antoine de Gaudemar succède à Jacques Amalric.
13 octobre 2003 : la formule évolue pour un "Libération encore plus +Libé+"
29 novembre 2004 : le financier Edouard de Rothschild annonce des discussions en vue d'une participation correspondant à un investissement de 20 millions d'euros.
5 janvier 2005 : Florence Aubenas, envoyée spéciale, et son guide irakien Hussein Hanoun al Saadi, sont enlevés à Bagdad et libérés le 11 juin.
20 janvier 2005: le personnel approuve l'entrée de M. de Rothschild à 37% du capital.
avril 2005 : le tour de table bouclé, Rothschild devient l'actionnaire de référence avec 38,87% du capital, la SCPL conserve 18,45% et la minorité de blocage en droits de vote.
26 septembre 2005 : July annonce un projet d'"optimisation de l'organisation", qui fait craindre un plan social.
25 novembre 2005 : après quatre jours de grève - la plus longue depuis sa fondation - contre un plan visant à supprimer 52 postes, Libé revient en kiosque.
10 mars 2006 : July annonce que le quotidien "vise à redevenir bénéficiaire en 2007", alors que 56 personnes quittent le journal avec le plan de départs volontaires.
10 mai 2006 : Libération lance sa nouvelle offre du week-end, Ecrans, un supplément de 48 pages qui se veut "l'hebdo de tous les écrans" et vise à la relance du quotidien.
13 juin 2006 : July se déclare prêt à quitter le journal "si ce départ peut favoriser son refinancement" par Rothschild.
28 juin 2006 : le personnel vote pour la cogérance avec Rothschild.
29 juin 2006 : Serge July présente sa démission