Fin des classes, début des expulsions

©2006 20 minutes

— 

Les autorités françaises menacent d'expulser des élèves étrangers clandestins à la fin de l'année scolaire, mais des parents, des professeurs et des militants de gauche se mobilisent et dénoncent une "chasse à l'enfant" qui pourrait concerner des milliers de jeunes.
Les autorités françaises menacent d'expulser des élèves étrangers clandestins à la fin de l'année scolaire, mais des parents, des professeurs et des militants de gauche se mobilisent et dénoncent une "chasse à l'enfant" qui pourrait concerner des milliers de jeunes. — Eric Cabanis AFP/Archives

Après la sortie des classes, les vacances ? Pas pour tous. Pour environ 10 000 enfants sans papiers et pour leurs parents, le 30 juin correspond à la fin du sursis que le ministre de l'Intérieur avait demandé aux préfets d'accorder aux familles dont les enfants étaient scolarisés en France. Depuis, des associations se sont mobilisées, à l'instar du Réseau éducation sans frontières (RESF), qui organise depuis plusieurs mois des « parrainages » d'enfants menacés. Reste qu'à partir de demain, journée nationale d'action ponctuée de manifestations, le soutien apporté aux familles expulsables ne suffira plus, c'est d'une cache dont leurs enfants auront besoin. « En fait, les parents clandestins peuvent refuser d'être mis dans l'avion s'ils n'ont pas leurs enfants avec eux », explique un des membres du réseau. Voilà pourquoi le collectif s'organise pour dissimuler les enfants tout l'été, jusqu'à la prochaine rentrée scolaire (lire ci-dessous).

Mais d'ici là, la situation des milliers de parents sans papiers pourrait bien évoluer. Nicolas Sarkozy a annoncé hier la nomination de l'avocat Arno Klarsfeld comme « médiateur » chargé d'harmoniser leur régularisation, sous conditions. Et Dominique de Villepin a affirmé hier qu'il fallait conjuguer « humanité et fermeté » face aux demandes massives de régularisation des familles. Celles-ci se pressaient ces derniers jours, nombreuses, aux guichets des préfectures. Avant de s'évanouir dans la nature. Pour elles, l'été sera long.

Laure de Charette