«Libé» vers la cogérance?

©2006 20 minutes

— 

Une double tête pour sauver le corps ? Une éventuelle cogérance du quotidien en difficulté est désormais évoquée comme un des scénarios possibles pour l'avenir de Libération. La Société civile des personnels de Libération (SCPL) est supposée devenir prochainement mandataire sociale du titre mais elle pourrait partager cette gestion avec l'actionnaire principal actuel, Edouard de Rothschild. Un vote des personnels sur la question pourrait être organisé dès aujourd'hui.

Demain, c'est le départ de la direction actuelle dont Serge July, qui pourrait être officialisée définitivement au conseil d'administration. Autant de remous au moment où de nouveaux investisseurs potentiels se seraient manifestés. Reste à savoir si l'actionnaire principal et la SCPL sont prêts à étudier une éventuelle nouvelle entrée dans le capital du quotidien.