Les principales déclarations de Jacques Chirac

— 

Voici les principaux points de l'interview du président de la République Jacques Chirac, lundi soir à
France 2

Les raisons de son intervention :

- "Il y a une ébullition politique et médiatique liée aux perspectives électorales". Sa "responsabilité" est "de dire aux Français quels sont les repères et que l'action doit se poursuivre, car le temps perdu ne se rattrape pas."

Eventuelle candidature en 2007 : 

- "ça, c'est une question qui se pose, et bien vous le saurez normalement dans le courant du premier trimestre, lorsque j'aurai pris ma décision et que je déciderai de l'annoncer."

Gouvernement et Premier ministre :

- "Le gouvernement a assumé sa feuille de route avec succès, je n'ai aucune raison de l'empêcher de continuer avec détermination son action".
- "Je ne vois pas au nom de quoi aujourd'hui je changerais un gouvernement qui a rempli parfaitement son contrat".
- Il conseille toutefois à Dominique de Villepin d'être "plus à l'écoute et d'avoir plus de contacts avec sa majorité parlementaire".

Emploi :

- "La prime pour l'emploi va connaître une augmentation importante de l'ordre de 15%". "La décision sera prise très prochainement".
- "J'ai demandé au Premier ministre la création avant la fin de l'année d'un service public de l'orientation". "On ne peut pas à l'avenir laisser un grand nombre de jeunes choisir des orientations alors qu'on sait parfaitement qu'il n'y a pas d'emploi à la clé".

Rivalité Villepin-Sarkozy :

- "Je ne vois rien dans le fonctionnement du gouvernement qui me conduise à considérer qu'il y a une rivalité insupportable entre le ministre d'Etat et le Premier ministre, entre Dominique de Villepin et Nicolas Sarkozy".

Augmentation du Smic :

- "C'est important parce que 3%, si on le fait sur les 5 ans qui viennent, on arrive très exactement à l'objectif qui avait été proposé par le Parti socialiste, c'est-à-dire aux 1.500 euros au terme"

Sécurité :
 
- "Nous avons fait des progrès considérables sous l'impulsion du ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur à qui j'exprime à cet égard ma reconnaissance".

Clearstream :

- "J'ai lu tout et son contraire sur cette affaire". "La justice est saisie, je lui fait toute confiance, laissez-lui le temps et la possibilité de se prononcer, elle dira la vérité et ce qu'il faut en conclure".

GDF-Suez :

- "C'est un projet qui s'impose. Il "sera adopté à l'occasion d'une session extraordinaire" du Parlement "début septembre".
- Cette fusion "respecte les intérêts des consommateurs, ceux des travailleurs de Gaz de France, le principe même du service publique, mais aussi respecte Suez et les 60.000 emplois (de Suez) qui sont menacés".

Arcelor-Mittal :

- "La décision qu'ont prise les actionnaires d'Arcelor est une décision fondée sur une garantie en ce qui concerne l'emploi, une garantie en ce qui concerne le maintien des centres de recherche".

EADS :

- A propos de la vente de stock-options par le co-président exécutif d'EADS Noël Forgeard: "si elle est avérée, je suis choqué mais dans l'état actuel des choses, l'Autorité des marchés financiers a été saisie, elle enquête".

Mondial de Football :

- "Je respecte et j'admire l'équipe de France, je la soutiens sans réserve".
- "Je souhaite pouvoir aller en finale avec l'équipe de France, contre le Brésil ou contre quelqu'un d'autre".