Chronologie : Bison Futé en route vers la gloire...

— 

 
  — no credit
Retour sur la création du service de gestion du trafic et de sécurité routière le plus célèbre

1966 :
Un premier organisme de type «Bison Futé» est créé par la gendarmerie afin de regrouper et d’exploiter les informations liées à la circulation routière.

1968 : Le centre national d’information routière de la gendarmerie voit le jour au fort de Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).

1969 : Un an plus tard, les ministres de l’Intérieur, de la Défense et de l’Equipement/Transport donnent naissance à la première structure interministérielle de gestion du trafic et de sécurité routière : le Cnir (Centre national d’information routière). Sept centres régionaux seront créés entre 1972 et 1980 (Metz, Lyon, Bordeaux, Lille, Marseille, Rennes et Créteil).

2 août 1975 : Les bouchons sur la route des vacances sont interminables. A 11h du matin, on dénombre 600 kilomètres de bouchons cumulés, soit environ 60 000 véhicules bloqués simultanément.

30 juin 1976 : Bison Futé est lancé par le ministère des Transports. Objectif : mieux gérer le grand chassé-croisé de l’été.

30-31 juillet 1976 : Sur cinq jours, 2,5 millions de vacanciers reprennent le chemin du travail tandis que 4,5 millions s'apprêtent à se mettre les doigts de pied en éventail. Le petit Indien conseille d'étaler les départs et recommande d'emprunter les itinéraires bis. Un automobiliste sur quatre suit ses conseils. On dénombre 650.000 heures perdues sur les routes, au lieu des 2.400.000 redoutées, soit une réduction de 73%. Sur les quinze jours les plus chargés de l'été, la réduction observée par rapport aux tendances prévues est de 53%.

1977 : Les conseils d'étalement horaires, donnés dans 64 quotidiens nationaux et régionaux en 1976, sont également relayés par les stations régionales de FR3. Un film de soutien sera diffusé au niveau national
1978 : 1.750 entreprises prennent en compte les prévisions de Bison Futé pour décaler les jours de vacances de leurs employés. 10 100 itinéraires bis sont développés par une équipe d'une quinzaine de personnes dirigée par le polytechnicien Jean Poulit.

1990 : Bison Futé change de look pour devenir plus abstrait (voir photos 1 et 2).

1994 : Le petit sioux est pris en charge par le Centre national d'information routière (CNIR).

1997 : Bison Futé a son site Internet : bison-fute.equipement.gouv.fr Il offre aux usagers un complément d’informations sur la circulation et la sécurité routière avec plus de 300 pages ou cartes mises en ligne et actualisées en permanence. Un serveur vocal (08 26 02 20 22) est également mis en place.

2004 : Une enquête révèle l’impact de Bison Futé sur les conducteurs : 23% d’entre eux déclarent avoir modifié leur itinéraire, l’horaire et le jour de leur départ après avoir consulté Bison Futé.

2005 : Le site Internet de Bison Futé compte plus de 3,6 millions de connexions. Cette année marque également la première phase des travaux de rénovation du site avec un accès plus complet et rigoureux de l’information.

Janvier 2006 : Abandon du « 36 15 route » en raison de l’utilisation accrue d’Internet. 

Juin 2006 : Bison Futé fete ses 30 ans et change à nouveau de logo (photo 3).