Les prépas font la cour aux ZEP

©2006 20 minutes

— 

Terminée l'époque où les classes préparatoires étaient réservées aux élèves des beaux quartiers. Désormais, les bons éléments de lycées classés en ZEP ou de milieux défavorisés sont à leur tour encouragés à briguer une place de choix en prépa. Le 14 juin, le ministre de l'Education nationale, Gilles de Robien, a même annoncé qu'« un deuxième tour de recrutement » allait avoir lieu après le bac, pour les « bacheliers boursiers susceptibles d'être candidats » à une classe préparatoire.

L'objectif est en effet d'accueillir d'ici à trois ans un tiers d'élèves boursiers, comme c'est le cas à l'université, contre 18 % actuellement. Pour y parvenir, le ministre multiplie les envois de circulaires aux recteurs et aux chefs d'établissement, pour qu'ils orientent les candidats potentiels vers la « voie royale ». Jusque-là, 52 % des élèves inscrits en prépa étaient des enfants de cadres et de professions libérales, contre 32 % à l'université.

« Il n'y a pas de raison qu'un lycéen issu d'un milieu défavorisé qui décroche une mention très bien au bac s'autocensure, et ait peur de s'inscrire en hypokhâgne », explique le responsable des classes préparatoires au sein du principal syndicat des proviseurs. « L'élitisme doit être intellectuel, mais ne doit pas être social », renchérit Bruno Jeauffroy, prof de physique à Fénelon à Paris. Et visiblement, la démocratisation des prépas est enclenchée. Les inscriptions ont fait un bond de 6,8 % pour la rentrée prochaine, alors qu'en 2005 le nombre de dossiers déposés n'avait augmenté que de 1,5 %. Selon les spécialistes, ce boom des prépas n'est pas lié à la mauvaise image dont souffriraient les facs depuis la pagaille anti-CPE. Reste qu'avec l'arrivée de ces élèves, « il va falloir réajuster les programmes, les méthodes de travail et le système de notation », prévient le syndicat des chefs d'établissement. Qui se refuse toutefois à évoquer le risque d'un nivellement par le bas.

L. de Charette

Les élèves boursiers de prépa bénéficieront d'une place en résidence universitaire, d'habitude réservée aux étudiants.