Grandes écoles : embellie pour les diplômés

©2006 20 minutes

— 

Après trois années difficiles, le marché de l'emploi des jeunes diplômés des grandes écoles retrouve des couleurs, comme le prouve l'enquête annuelle de la conférence des grandes écoles rendue publique hier.

Un meilleur taux d'emploi Deux tiers des diplômés de la promotion 2005 déclarent avoir une activité professionnelle (contre 60 % pour l'enquête 2005) et la proportion des demandeurs d'emploi recule de 4 % par rapport à l'année précédente.

Des salaires d'embauche plus élevés Le salaire brut moyen annuel des diplômés 2005 en poste en France atteint 30 900 E, en hausse de 2 % par rapport à l'année précédente.

Une insertion professionnelle plus rapide Un peu plus de la moitié des élèves des grandes écoles de la dernière promotion ont été embauchés avant la fin de leur cursus contre 47 % l'année précédente. L'écrasante majorité des diplômés (77 %) ont signé un CDI. Les CDD n'ont concerné que 17,5 % d'entre eux et les CNE que 2 % des jeunes recrues.

Les grands groupes, toujours favoris Un peu moins de deux diplômés de la promotion 2005 sur trois ont été recrutés par des entreprises de 500 salariés et plus. La moitié des actifs travaillent en région parisienne et seulement 12, 5 % à l'étranger.

Les disparités entre hommes et femmes demeurent La proportion de femmes en recherche d'emploi au moment de l'enquête est plus élevée que celle des hommes (19,9 % contre 14,5 %). Par ailleurs, l'écart de salaires entre les deux sexes dépasse les 8 %.

Delphine Bancaud