L'adoption suscite encore des réticences

©2006 20 minutes

— 

Un homo peut-il être parent ? Voilà en fait la question qui divise les Français. Selon Franck Tanguy, porte-parole de l'Association des parents et futurs parents gays et lesbiens, « les gens croient encore que les homos vont piquer les bons petits enfants français disponibles à l'adoption ». Ainsi, 55 % des personnes interrogées se disent contre l'adoption par des couples gays. « La France est coupée en deux sur cette question-là. Il faut expliquer que des couples homos élèvent déjà des enfants, et que les petits ne se portent pas plus mal », argumente Alain Piriou, l'organisateur de la Gay Pride. En fait, les lesbiennes peuvent être mamans, « homosexualité n'étant pas synonyme de stérilité », et les homos célibataires ont le droit d'adopter.

L. de C.

Le porte-parole de l'AGPL dénonce le « gay-bi-boom » actuel, qui pousse des milliers de couples de lesbiennes à se rendre en Belgique ou aux Pays-Bas, pour se faire inséminer légalement. « Des femmes m'ont raconté qu'elles reconnaissaient à l'hôpital des voyageuses qu'elles avaient aperçues dans le Thalys les menant à Bruxelles ou Amsterdam. »