L'insaisissable parrain prend quatre ans

©2006 20 minutes

— 

Le dernier parrain marseillais est cerné. Jacques Imbert, dit « Jacky le Mat » (le Fou) a été condamné, hier, à quatre ans de prison ferme pour extorsion de fonds. « Le Mat » était poursuivi pour des rackets commis de 1992 à 1993 contre des gérants d'établissements de nuit parisiens et marseillais. Ses avocats se sont immédiatement pourvus en appel, dénonçant un dossier « qui ne repose que sur des écoutes téléphoniques et des témoins qui se rétractent ».

A l'audience, ceux que l'accusation présentaient comme victimes du « Mat » sont revenus sur les déclarations faites devant les policiers, assurant qu'ils avaient prêté de l'argent à Jacky par « amitié » ou pour « le dépanner ». Reconnaissant qu'il n'y a pas eu « de véritable violence physique » dans ce dossier, le procureur s'est appuyé sur les écoutes téléphoniques – en langage codé – du « Mat » et des victimes pour prouver le racket. En 2004, déjà, Jacques Imbert avait été condamné par le tribunal de Marseille à quatre ans ferme pour trafic de cigarettes dans un dossier reposant presque entièrement sur des écoutes téléphoniques. La cour d'appel d'Aix l'avait relaxé quatre mois après. Jusqu'ici, l'insaisissable « Jacky le Mat », 76 ans, a réussi à garder vierge son casier judiciaire, grâce aux relaxes, prescriptions et amnisties. Fiché au grand banditisme, proche du caïd Francis le Belge, « le Mat » était entré dans la légende après avoir survécu en 1977 à un règlement de comptes à Cassis au cours duquel il avait reçu vingt-deux balles dans le corps. Cet ancien ami d'Alain Delon a expliqué en 1993 au Nouvel Observateur : « Les flics sont venus me chercher pour des coups que je n'avais pas faits. Pour ceux que j'ai faits, je n'ai jamais vu personne. »

F. L. (avec AFP)

Les deux frères Mariotti, coprévenus au procès de « Jacky le Mat », toujours en cavale, ont été condamnés, hier, à sept ans de prison ferme pour avoir préparé l'assassinat d'un ancien membre de leur bande.