L'OM et Courbis repris de volée par la justice

©2006 20 minutes

— 

marseille

De notre bureau local

Rolland Courbis, bientôt entraîneur de l'équipe pénitentiaire ? L'ancien coach de l'OM a été condamné vendredi à trois ans et demi de prison ferme dans le procès des transferts suspects de l'OM, de 1997 à 1999. Il devra également payer 375 000 e d'amende et ne pourra pas exercer d'activité dans le milieu du football pendant cinq ans. Robert Louis- Dreyfus, actionnaire principal du club, a écopé de trois ans de prison avec sursis. Le tribunal n'a pas retenu contre Louis-Dreyfus l'interdiction d'exercer une activité dans le milieu du foot « car les poursuites ne le permettaient pas », a précisé le président, Vincent Turbeaux. Courbis et Louis-Dreyfus ont immédiatement annoncé leur intention de faire appel.

Vendredi, seuls six des quatorze prévenus étaient présents pour entendre le délibéré. Assis au premier rang, bras croisés, Courbis a le regard fixé sur le président. Jean-Michel Roussier et Yves Marchand, anciens présidents délégués de l'OM, très concentrés, écoutent, regards dans le vide. Robert Louis-Dreyfus ne s'est pas déplacé. Deux heures durant, le tribunal martèle, implacable : « La fraude a été un des outils de gestion de l'OM. Le premier procès des comptes du club, en 1997, aurait suffi à alerter sur les pratiques illégales dans le foot. Les prévenus ont tous agi en connaissance de cause. » Le tribunal balaie la défense de Robert Louis-Dreyfus : il « a d'abord agi pour l'intérêt d'Adidas, puis au bénéfice de son image personnelle (...). Il ne pouvait pas s'en tenir à fixer une “enveloppe globale” puisqu'il apparaît que les commissions frauduleuses étaient essentielles pour la conclusion des transferts. » Seul l'ancien directeur sportif Marcel Dib échappe à la condamnation. Les autres écopent de peines de prison. Et d'amendes, « qui apparaissent dérisoires au regard des sommes détournées », estime le tribunal. De 1997 à 1999, près de 28 millions d'euros auraient été détournés à l'OM à l'occasion de transferts.

Frédéric Legrand