Le mystère de la crémation des cinq corps

©2006 20 minutes

— 

Un procès fleuve. Trois semaines d'audience attendent, à Annecy, tous les acteurs du procès. Ce ne sera pas de trop pour faire toute la lumière sur cette affaire qui conserve de nombreuses zones d'ombre. La première question concerne le mode opératoire. David Hotyat, l'assassin présumé, dont des traces de sang ont été retrouvées à 22 reprises dans le chalet des Flactif (avec son ADN mêlé à celui des victimes), a-t-il agi seul ? C'est ce qu'il a plusieurs fois laissé entendre aux enquêteurs lors d'aveux circonstanciés, avant de se rétracter un mois plus tard pour défendre une version des faits invraisemblable. Selon son récit initial, David Hotyat s'est rendu dans la soirée du 11 avril 2003 au chalet des Flactif pour régler « une bonne fois pour toutes » leur différend immobilier. Il est armé, un 6,35 en poche. Le ton monte et il tire accidentellement sur Xavier Flactif. Paniqué, il décide d'éliminer tous les témoins. Une autre interrogation : celle de la crémation des corps. Comment Hotyat s'y est-il pris, seul, pour transporter les corps et les brûler dans la forêt ? Une expertise a démontré qui lui a fallu entasser 880 kg de bois pour atteindre un tel niveau de crémation ! Ensuite : quel est le rôle précis joué par son complice présumé, Stéphane Haremza ? Il semble pour l'instant acquis qu'il ait aidé Hotyat à faire disparaître l'une des voitures des Flactif. Tout comme il aurait participé au cambriolage de leur chalet quelques jours après le massacre. Pour y dérober quoi ? Des DVD, des ordinateurs et un appareil photo...

F. A.